Trouble bipolaire: variations saisonnières dans les capacités mentales

Les personnes atteintes de trouble bipolaire et leurs parents de premier degré présentent des variations saisonnières dans leur humeur et leur performance à des tests neuropsychologiques, selon une étude publiée dans le Journal of Affective Disorders. Un groupe de comparaison de personnes qui n'ont pas d'antécédents familiaux de troubles de l'humeur ne présentent pas de telles variations, ce qui suggère qu'un facteur génétique influence les processus de pensée concernés.
Des études montrent que les déficiences neuropsychologiques liées au trouble bipolaire ne sont pas limitées à des épisodes de perturbation de l'humeur, mais peuvent également être présentes chez les personnes euthymiques (d'humeur normale) et concernent le fonctionnement exécutif - un ensemble de processus mentaux qui aident à relier l'expérience acquise avec l'action actuelle - la mémoire verbale, l'attention, et la vitesse de traitement de l'information.

Parallèlement, des études montrent des variations saisonnières dans l'humeur et le comportement ainsi que des anomalies dans la préférence circadienne chez les personnes atteintes du trouble.

Elina Rajajärvi du National Institute for Health and Welfare d'Helsinki et ses collègues ont fait passer des interviews diagnostiques structurés et une batterie de tests neuropsychologiques à 122 personnes; 32 avaient un trouble bipolaire de type I familial, 40 étaient des parents du premier degré d'une personne atteinte du trouble sans être atteints eux-mêmes, et 50 étaient des personnes sans troubles mentaux.

Parmi les personnes atteintes du trouble et leurs proches parents, ceux qui rapportaient des variations saisonnières d'humeur et de comportements avaient de moins bonnes performances à des mesures de pensée visuo-spatiale, d'attention auditive (capacité d'écoute assez longtemps pour accomplir une tâche) et de mémoire de travail ainsi que de mémoire verbale que ceux qui n'éprouvaient pas de variations saisonnières de l'humeur.

La saison pendant laquelle les tests neuropsychologiques étaient administrés influençait la performance. Chez les personnes ayant le trouble bipolaire et leurs proches parents, les performances étaient moins bonnes en hiver. Les performances n'étaient pas affectées par les saisons dans le groupe de comparaison.

Voyez également:

Les changements de saison peuvent déclencher des épisodes de trouble bipolaire
DOSSIER Psychomédia : Trouble bipolaire

Psychomédia avec source: Medwire News
Tous droits réservés