Le trouble de la personnalité limite (borderline) serait sous-diagnostiqué

Le trouble de la personnalité limite (borderline) pourrait être sous-diagnostiqué selon une étude de l'École de médecine du Mont Sinai (New York) présentée au congrès annuel de l'American Psychiatric Association. L'étude portait sur les antécédents de diagnostics et de traitements chez 70 personnes rencontrant les critères de ce trouble.

"Le diagnostic de trouble de la personnalité limite peut être difficile à poser parce que les symptômes de ce trouble chevauchent ceux d'autres troubles", explique David Meyerson de l'Université DePaul (Chicago) qui a dirigé l'étude.
Une autre difficulté est "qu'en théorie, deux personnes rencontrant les critères du diagnostic pourraient ne présenter qu'un seul symptôme en commun", note-t-il.

Le diagnostic est posé si une personne rencontre au moins 5 des critères suivants:

- efforts pour éviter l'évitement
- relations interpersonnelles instables et intenses
- perturbation de l'identité
- impulsivité
- tendance suicidaire
- instabilité de l'humeur
- sentiment de vide chronique
- colère intense inappropriée
- survenue transitoire, dans des situations de stress aigu, d'idéations paranoïdes ou dissociation

Parmi les participants, 34% avaient déjà reçu un ou plusieurs diagnostics psychiatriques erronés. Les plus fréquents étaient le trouble bipolaire, aussi appelé psychose maniaco-dépressive ou maniaco-dépression (17%), la dépression (13%), les troubles anxieux (10%) et les troubles alimentaires (1%).

Par ailleurs, 74% de ceux qui rencontraient les critères du trouble n'ont jamais reçu ce diagnostic dans le passé, malgré qu'ils consultaient en psychiatrie depuis 10.4 ans en moyenne. Pour le 26% qui avaient reçu le diagnostic, il s'était écoulé en moyenne 4.68 ans entre le premier contact avec un professionnel de la santé et le diagnostic.

Le traitement le plus efficace pour ce trouble est la psychothérapie comportementale (ou cognitivo-comportementale), les médicaments ne soulageant que des symptômes spécifiques, note Meyerson.

Parmi ceux dont le trouble n'avait pas été identifié, 69% avaient déjà été traités avec des médicaments pour d'autres diagnostics. Et, 78% de ceux qui avaient reçu un diagnostic de personnalité limite avaient reçu des médicaments alors qu'il ne s'agit pas du traitement le plus efficace pour ce trouble, dit-il. Ceux qui avaient reçu un autre diagnostic avaient reçu la médication la plus lourde.

Un diagnostic exact est plus probable quand les psychiatres utilisent au moins un interview clinique semi-structuré, insiste-t-il. Un autre indice pour le diagnostic différentiel est la différence qualitative de l'impulsivité dans le trouble de personnalité limite (difficulté de planifier et de penser aux conséquences) comparativement avec l'impulsivité du trouble bipolaire (les idées qui se bousculent).

Un facteur de diagnostic inexact est la compensation financière, note-il. Les patients reçoivent souvent un autre diagnostic officiellement, tel que le trouble bipolaire, si leurs compagnies d'assurance de remboursent pas pour le trouble de personnalité limite.

Psychomédia avec source:
Medpage Today

Voyez également:

Le trouble de personnalité limite souvent diagnostiqué comme trouble bipolaire
Le trouble de personnalité limite, une maladie neuropsychologique qui se précise
Une influence génétique pour le trouble de personnalité limite (borderline)
Qu'est-ce que le trouble de personnalité borderline?
Quels sont les troubles de la personnalité?