Le Mal de Vivre



Il est présentement 2hr du matin, je ne réussis pas à m’endormir, pourquoi, je me le demande tout le temps. J’ai de la difficulté à gérer mes émotions. Maudite émotions : culpabilité, colère, honte et surtout maudite dépression. Hé oui, je suis en arrêt de travail depuis 4 mois pour dépression et j’ai de la misère à vivre cela. Je prends des anti-presseurs Paxil et je n’aime pas l’effet secondaire.

J’ai de la difficulté à m’exprimer, mon cœur me fait mal, j’ai mal à l’âme.
Je vis des épreuves difficiles avec ma fille de 13ans, je suis complètement dépassée par les évènements. Je ne peux accepter que rendu à 41 ans j’ai de la difficulté à établir des règles, d’avoir une certaine autorité et de bien encadrer mon enfant. Pourtant c’est un enfant que j’aime de tout mon cœur, je l’ai toujours élévée dans l’amour et le respect, lui montrer les belle valeurs de la vie et vlan aujourd’hui je me retrouve dans le néant, comme ci je n’étais pas une bonne mère.
C’est certain que je n’ai pas laisser mon enfant tout faire, mais aujourd’hui je sens que je pert ma place en tant que mère, et que ma fille veut prendre toute les responsabilités.
Je travaille régulièrement avec une intervenante du CLSC en milieu familiale , ma fille consulte une psychologue et moi je continue toujours à voir ma psychologue. J’ai encore beaucoup de misère de parler de tout cela, car je fais des crises de panique par la suite, bouffée de chaleur, palpitation au cœur, et cela me fait très mal, surtout quand je suis seule.

Ce que je ressent en ce moment, c’est de la tristesse, je me sent vulnérable face à la vie, je pert le goût à la vie, je ne suis pas de bonne compagnie avec mes amis ou la famille. J’ai même pas eue la force aujourd’hui d’aller faire mes courses, et maudit que je m’en voulais de ne pas avoir ce qu’il faut dans le frigidaire pour ma fille, c’est pas moi ça. J’ai même passer proche de pleurer devant ma fille pour lui expliquer pourquoi je ne suis pas aller, elle voyait que je ne filais pas bien, elle a dit, c’est pas grave maman, ne t’en fait pas.

Je sais que je doit me donner un bon coup de pied dans le derrière pour avancer un peu, crime c’est pas évident, je pleure, j’ai une boule dans la gorge qui me fait mal, je me sent démunis de tout, je mange presque plus, j’ai peur de tomber et de ne plus avoir la force de me relever.
J’ai de la misère à reprendre confiance en moi et refaire l’estime de moi.
Je suis fatiguée, j’aimerais qu’ont prenne soin de moi, des fois je voudrais partir loin , loin de toute cette vie maudite, de toute responsabilité, me libérer de ce mal qui hante.

Je fais tout pour aider ma fille et m’aider moi-même, j’ai prit des cours au CLSC de parents d’ados, c’est super bien ce cour, j’ai apprit beaucoup, le partage des parents, et le support des intervenants. Mais maintenant ma tête est pleine, j’ai été cherché des outils, et j’ai de la misère à les appliquer, CA JE TROUVE CA DURE d’accepter, de ne pas être à la hauteur.

Ce qui m’aide, c’est mon chum, qui me supporte énormément, sans juger, sans critiquer, et nous allons vivre ensemble à la fin du mois de mai. Je vais me sentir appuyer.

J’arrête car ce n’est pas écrire que j’aimerais, c’est de CRIER très fort le mal que j’ai.
Je sais que je ne suis pas la seule dans cette situation, la vie n’est pas facile.
Merci de me lire et vos commentaires sont les bienvenus.

Un coeur qui souffre

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

je suis avec toi

je te trouve tres courageuse, moi je vis l a mem e chose a part que je ne le veut me l avouer, j ai des moments bien et des moments de vide intense, mes emotions aussi qui ne s 'estompent pas, ma vi e qu e je trouve sans sens. ENfin mon fil s aussi que je n arrive plus a cadrer il es suivi aussi par un psychologu e car son pere est decede il ya maintenant presque six ans EN fin , la c est la chaos rien ne va plus. LE neant, quand je te lis je me vois, mais j espere qu un jour cette fatalit partira !

Re: Le Mal de Vivre

Mouskina,

Si ta dépression comme la majorité des gens n,est pas endogène (biologique), tu as donc un pouvoir de changer tes perceptions Tout d,abord en te disant que sans aucun doute que tu refuses ta souffrance et tu n'acceptes pas d'être où tu es présentment. Dis-toi que tous autant que nous sommes nous devons lutter avec un aspect ou un autre de notre personnalité ou avec des circonstances difficiles. C'est la condition humaine qui est ainsi faite. Cesse de lutter et accepte. Ceci est très difficile mais c'est la seule voie vers un réel mieux être. Moi la lecture m,aide beaucoup au quotidien mais il ne faut pas lâcher. je tente tous les jours de me mettre en mémoire des idées positives et d'ajuster mes attentes en acceptant la réalité telle qu'elle est. Dans ces moments de refus je me dis : ceci est et je ne peux rien y changer (bien sûr je parle de choses qu'on ne peut changer)Et dans tes moments difficiles, dis-toi que tu n,es pas seule, tu as un enfant et un copain qui t,aiment. C'est énorme !
Autre chose importante, il serait souhaitable peut-être que tu fasses vérifier ta médication,peut-être ne te convient-elle pas!

Je te souhaite le meilleur des courages et dis-toi que nous ne sommes pas seuls dans l'épreuve. Toute l'humanité est avec toi, moi compris.

Re: Le Mal de Vivre

Merci pour vos commentaires.
Je sais que c'est difficile, et encore je vit des moment dure avec ma fille, je ne sais plus quoi faire, je suis décourager, j'ai peur d'en arriver à la placer dans un centre de jeune, j'attend, je vais voir. J'ai bien de la misère à accepter cela, et je ne suis pas capable de penser à mon travail, je panique et j'engoisse. Ca me coute cher de psychologue et je doit rapporter mes rencontre au mois, j'ai peur de tomber et avoir plus de difficulter à remonter la pente.
Merci à vous tous pour votre support.
Mouskina

Re: Le Mal de Vivre

Bonsoir Mouskina, il me semble que je me revoie en toi. Je fus en arret de travail pendant 9 mois pour depression, j'ai repris le travail progressivement depuis mars 05 et j'avoue qu'il y a des journees tres difficiles comme aujourd'hui par exemple. Moi aussi je ressentais le besoin de CRIER tres fort que j'avais besoin d'aide, besoin de parler, et je le ressent encore, ma psychologue me disait de me laisser aller mais je n'ai pas pu jusqu'a present car il me semble que j'aurais l'air idiote meme si je serais seule, c'est difficile a comprendre pour quelqu'un qui n'a pas passe a travers cela, mais c'est comme cela que je le vis!

Re: Le Mal de Vivre

je veuxte dire decourage toi pas tu n est pas seule tu la bien dis tu fais partis des personnes qui se sont donner trop long temps pour les autres a oubliersois meme allord fis toi au destin ce qui viens a toi seras aussi beaux que de pleure que tu auras euavec beaucoup d amour tuarrive a tout tu as toi tu as ta fille tu as ton chum qui t aime car si tu as mal au coeur qui souffre ses que tu est bonne personne