Baclofène contre l'alcoolisme: efficacité, contre-indications, interactions médicamenteuses, effets secondaires (Afssaps)

Voyez également: Baclofène contre l'alcoolisme: dernières actualités.

L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a publié un point d'information dans lequel elle met en garde contre l'utilisation du baclofène (Lioresal et génériques) dans le traitement de l’alcoolodépendance (alcoolisme).

En 2010, l'Afssaps a recensé près 20 000 prescriptions de Liorésal de plus qu'en 2009, indiquait récemment la Dre Annie Rapp à Rue89. Elles seraient, compte tenu des posologies utilisées, probablement en rapport avec la dépendance à l'alcool.

C'est en raison d'une analogie structurale avec le neurotransmetteur GABA, dont le rôle serait important dans les addictions, que le bacoflène pourrait être efficace contre l’alcoolo-dépendance. Mais le bénéfice n’est pas démontré à ce jour et les données de sécurité d’emploi dans cette indication, où les doses sont le plus souvent supérieures à celles évaluées et autorisées, sont limitées, indique l'agence.

Le baclofène est un relaxant musculaire autorisé depuis 1975 dans le traitement des contractures musculaires involontaires (spasticité) d'origine cérébrale ou survenant au cours d’affections neurologiques telles que la sclérose en plaques ou certaines maladies de la moelle épinière.

Dans ces indications, il est recommandé est de débuter par 15 mg par jour en 2 à 3 prises et d’augmenter progressivement jusqu'à la dose quotidienne qui se situe entre 30 et 75 mg. En milieu hospitalier, des posologies de 100 à 120 mg par jour peuvent être atteintes. À l’arrêt du traitement, la dose doit être diminuée progressivement en raison du risque d’un syndrome de sevrage.

En ce qui concerne l'utilisation pour l'alcoolo-dépendance:

1. Le bénéfice n’est pas démontré à ce jour

Des études observationnelles suggèrent un intérêt pour certains personnes avec une posologie le plus souvent très supérieure aux doses habituellement utilisées dans les spasticités. Mais ces études, de par leur méthodologie, ne prouve pas l'efficacité.

Les études cliniques qui comparent le médicament à un placebo sont de courte durée (4 à 12 semaines) avec peu de participants et n’ont évalué qu’une posologie de 30 mg par jour. Elles ne permettent pas de conclusion.

2. Les données de sécurité d’emploi dans l’alcoolo-dépendance sont limitées

Il existe peu de données sur la sécurité d’emploi à des doses supérieures à celles de l’AMM (autorisation de mise sur le marché), en association avec l’alcool ou en association avec un autre médicament chez les personnes alcoolo-dépendantes.

Les effets secondaires indésirables les plus fréquemment rapportés sont la somnolence, la confusion et les nausées, survenant le plus souvent en début de traitement et disparaissant spontanément ou après diminution des doses.

Les effets suivants sont spécifiquement prévisibles chez les personnes alcoolodépendantes:

- abaissement du seuil épileptogène (principalement lié à la concomitance de l’instauration du traitement et de l’arrêt de l’alcool);
- hyponatrémie particulièrement chez la personne cirrhotique;
- syndrome sérotoninergique;
- hémorragie digestive;
- atteintes hépatiques;
- risque de sédation majoré dans le cas d’une prise simultanée d’alcool.

Le médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients insuffisants hépatiques ou insuffisants rénaux, ayant des antécédents d'ulcère gastrique ou duodénal, de troubles rénaux, de troubles psychotiques, d'états confusionnels, de dépression, d'affection vasculaire cérébrale ou d'insuffisance respiratoire.

La prise concomitante avec certains médicaments nécessite une surveillance rigoureuse en raison du risque de majoration des effets indésirables, notamment avec les antihypertenseurs, les antidépresseurs imipraminiques, les dépresseurs du système nerveux central et la lévodopa.

3. Il est nécessaire de disposer d’une étude clinique bien conduite

L’Afssaps appuie la réalisation d'une étude dont l’objectif est d’évaluer l’efficacité du baclofène à la posologie de 90 mg/j comparativement à un placebo dans l’aide au maintien de l’abstinence de personnes alcoolo-dépendantes sevrées bénéficiant par ailleurs d’une prise en charge psycho-sociale.

Voyez également:

Afssaps, Rue89
Tous droits réservés


Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Baclofène

Est-ce l’effet du Médiator qui amène l’AFSSAPS à ce type de réaction ?

Sans minimiser ce scandale, le Médiator a causé, pour des raisons évidentes de profits financiers, la mort de 1 000 à 2 000 personnes en 30 ans (source AFSSAPS) ; l’alcoolisme fait 120 morts par jour et les traitements autorisés par l’AFSSAPS pour soigner cette maladie sont inefficaces.

Le Baclofène, dans le traitement de l’alcoolo-dépendance, est médiatisé depuis 2008 grâce à la publication du livre du Professeur Olivier AMEISEN « Le dernier verre ». Depuis, des milliers d’alcooliques sont sortis de leur maladie.
Cette molécule est utilisée depuis 40 ans, et contrairement à la banale aspirine, n'a jamais occasionné le moindre décès en prise orale, y compris lors de tentatives de suicide entreprises avec de très fortes doses. L’AFSSAPS le sait parfaitement puisqu’elle a, à deux reprises, demandé un rapport sur ce sujet aux centres antipoison. Les conclusions sont claires : pas de décès en prise orale, aucune complication grave irréversible.

MAIS… le Baclofène est génériqué et les bénéfices s’y rapportant ne sont plus possibles ! Et, comme nous le savons tous, l'AFSSAPS est financée à 100% par... les laboratoires pharmaceutiques ! Alors cette frilosité est-elle due à la résurgence de la toute-puissance des labos qui contre-attaquent afin d'imposer leurs propres médicaments ?

L’AFSSAPS ne fait que des commentaires sur les effets secondaires du Baclofène qui, même s'ils existent, restent bénins, ignorant totalement tous les témoignages de guérison, faisant fi de tous les essais déjà pratiqués depuis plus d'une année dans des unités hospitalières, chez des généralistes, des alcoologues, des addictologues et des psychiatres.

Enfin, il semble curieux que l'AFSSAPS, le 6 juin 2011, apporte son soutien pour un essai thérapeutique à 90 mg/jour, datant de 2009 et sans cesse repoussé. Et pour cause, sans doute voué à l’échec puisque la dose moyenne efficace de Baclofène est de 140 mg/jour.
L’AFSSAPS n’est pourtant pas sans ignorer qu’un essai à dose suffisante, avec une limite supérieure de 300mg/jour de Baclofène contre placébo, en double aveugle, englobant environ 240 patients va démarrer prochainement.
En effet, le projet de recherche suivant vient d'être autorisé par le Ministère de la Santé : « Traitement de l’alcoolisme : essai thérapeutique randomisé en double insu pendant un an en milieu ambulatoire du baclofène versus placebo » déposé par la Faculté de Médecine René Descartes – Responsable du projet P. Jaury.

L’Association BACLOFÈNE rejette avec vigueur et avec la plus grande fermeté les conclusions biaisées et orientées de l’AFSSAPS et soutient l'essai clinique commandité par le Ministère de la Santé.

Yves BRASEY Vice-Président de l'Association BACLOFÈNE

Intérêt de l'eau

Personnellement j'ai arrêté l'alcool en augmentant progressivement ma consommation d'eau. Certains pourraient croire à de la provocation mais c'est pourtant sérieux et sans tous les effets secondaires des molécules chimiques.

Baclofène

Bonjour

Yves, je te cite:

"MAIS… le Baclofène est génériqué et les bénéfices s’y rapportant ne sont plus possibles !"

Pas nécessairement. Depuis quelques années plusieurs brevets étaient déposés.

Alors .... wait and see.

Blasius