La consommation de chocolat liée à la dépression

Les personnes qui consomment le plus de chocolat sont plus susceptibles de souffrir de dépression, selon une étude présentée dans les Archives of Internal Medicine.

Natalie Rose de l'Université de Californie et ses collègues ont mené cette étude avec 931 hommes et femmes, âgés de 20 à 85 ans, qui ne prenaient pas d'antidépresseurs.

Les personnes qui présentaient des symptômes de dépression consommaient une moyenne de 8.4 portions de chocolat par mois comparativement à 5.4 portions pour les personnes sans symptômes. Les personnes qui rencontraient les critères de dépression majeure prenaient 11.8 portions. Une portion était définie comme étant une petite barre de 28 grammes.
Aucun lien n'était constaté entre la dépression et la consommation de café, de matières grasses, de glucides et le nombre de calories consommées, ce qui suggère qu'il y a quelque chose de spécifique concernant la relation entre le chocolat et l'humeur.

Il est possible que la dépression stimule le goût du chocolat comme forme d'auto-traitement. La dépression pourrait aussi stimuler le goût du chocolat pour des raisons non reliées à un tel bénéfice. Il n'est pas exclu aussi que le chocolat favorise la dépression.

Des études futures sont requises pour expliquer cette association.

Voyez également:

DOSSIER Psychomédia : Dépression
DOSSIER Psychomédia : Chocolat et santé

Psychomédia avec source:
WebMD
Tous droits réservés