Allergies: Comment reconnaître l'ambroisie? Que faire?

Originaire d'Amérique du nord (surnommée herbe à poux au Québec), l'ambroisie à feuille d’armoise, une plante annuelle envahissante, est aujourd'hui très présente dans le quart sud-est de la France, et en particulier en région Rhône-Alpes, mais colonise peu à peu l'ensemble de l'hexagone. Elle est présente dans les jardins, zones de cultures agricoles, bords de routes ou de cours d’eau, terrains vacants ou chantiers de construction.

Appartenant à la même famille que le tournesol (Astéracées), elle est une espèce annuelle, qui germe en avril-mai et produit ses semences à partir de septembre. Son apparence varie au fil de la saison.

Sa taille varie de 20 à 120 centimètres (moyenne de 70 cm). La plante prend une envergure de buisson lorsqu’elle dispose de place. Son feuillage dentelé est semblable à celui des carottes. Les feuilles, d'un vert grisâtre et légèrement poilues, à contour ovale triangulaire, sont profondément divisées jusqu’à la nervure en lobes dentés. La tige est couverte de poils.

Au début de l'été, elle se garnit de capitules de petites fleurs vertes regroupées en forme d'épi au sommet des tiges. À l'été, elle produit des fleurs d'un vert plus pâle, qui poussent en épis.

La plante doit être arrachée (ou fauchée) avant la floraison, pour éviter à la fois l'émission des pollens et la formation des graines. Il est facile de l'arracher puisqu'elle possède un système de racine peu développé.

Les fleurs de l'ambroisie produisent d'énormes quantités de pollen très léger que le vent peut transporter à plus de 200 km. La concentration de pollen dans l’air est plus importante tard en matinée et tôt en soirée, car le pollen est soulevé par l’air chaud du matin et tombe au sol avec l’air froid du soir. La pluie contribue aussi à faire tomber le pollen au sol.

Illustration : Évolution de l'herbe à poux (ambroisie). Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Voyez également:

Inra, Ministère de la santé (France), Carnet horticole et botanique du jardin botanique de Montréal, Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
Tous droits réservés