Alzheimer: comment le stress chronique des aidants réduit leur longévité

Une récente étude suggère que le stress chronique des conjoint(s) et des enfants prenant soin d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer peut raccourcir leur vie de 4 à 8 ans.

Selon cette étude, publiée dans le Journal of Immunology, l'effet du stress chronique qui est observable au niveau génétique et moléculaire indique un vieillissement accéléré.
Des études antérieures avaient déjà montré, chez les mères qui prennent soin d'un enfant chroniquement malade, des modifications dans leurs chromosomes (structures qui supportent les gènes, présentes dans le noyau de chaque cellule de l'organisme ) correspondant à plusieurs années additionnelles de vieillissement.

Dans la récente recherche, Ronald Glaser et Jan Kiecolt-Glaser de l'Université d'Ohio et Nan-ping Weng du National Institute of Aging ont comparé des personnes prenant soin d'un(e) proche ayant la maladie d'Alzheimer à des personnes aux caractéristiques semblables ne jouant pas ce rôle.

Ils ont étudié les télomères qui sont des régions aux extrémités des chromosomes protégeant les gènes. Avec le temps ces télomères raccourcissent. L'action d'une enzyme, la télomérase, répare normalement ces dommages aux chromosomes. Mais avec l'âge, l'activité de la télomérase diminue.

La réduction de durée de vie chez les personnes prenant soin d'un(e) malade, indiquée par le raccourcissement des télomères dans des cellules du système immunitaire, correspondaient à 4 à 8 ans.

Ces personnes avaient aussi moins de lymphocytes qui sont une composante très importante du système immunitaire. Elles avaient aussi des niveaux plus élevés de cytokines qui sont des molécules clés dans le processus d'inflammation.

Les aidants avaient aussi des résultats très différents à des évaluations mesurant la dépression, leurs symptômes étant deux fois plus sévères.

La recherche fournit une explication biologique de la longévité moindre des aidants que des études épidémiologiques ont déjà montrée.

Les auteurs se dirigent maintenant vers des études sur les façons d'intervenir sur ce stress afin de ralentir l'affaiblissement du système immunitaire chez les personnes très stressées.

Voyez également:

Contrôler le niveau de stress peut ralentir le vieillissement
DOSSIER : Maladie d'Alzheimer
DOSSIER : Mode de vie, stress, bien-être et santé