La maladie d'Alzheimer, bien plus que les pertes de mémoire

Les Canadiens de 45 à 65 ans connaissent très mal la maladie d'Alzheimer et les facteurs de prévention, selon un sondage effectué par la Société Alzheimer. Et ce, alors que les premiers baby boomers atteignent 65 ans et qu'à partir de cet âge le risque de la maladie double tous les 5 ans, souligne l'organisme.

Les résultats du sondage montre que 23 % d'entre eux sont incapables de nommer un seul signe précurseur de la maladie alors que 50 % mentionnent la perte de mémoire sans pouvoir nommer d'autres signes précurseurs.

Les sautes d'humeur, le fait de ranger les objets usuels dans des endroits inhabituels (comme les clés dans le réfrigérateur), de se répéter, les difficultés à s'acquitter de tâches quotidiennes (comme de s'habiller) peuvent être des signes.

Alors que la plupart savent que l'incapacité de reconnaître les visages et les objets familiers est une des caractéristiques de la maladie, moins de la moitié savent que des changements affectant gravement le fonctionnement de la personne dans les stades avancés, comme les hallucinations ou la dépendance totale vis-à-vis des autres pour les soins de base, font partie de la maladie.

Et, très peu savent que le diabète, l'obésité, les maladies cardiovasculaires et la dépression chronique augmentent la probabilité de développer la maladie.

La Société encourage les Canadiens, surtout ceux de plus de 40 ans, à prendre des mesures de prévention en adoptant une alimentation bonne pour le cœur, en menant une vie active avec de l'exercice régulier, en maintenant un poids sain et en contrôlant la tension artérielle et le niveau de cholestérol.

La campagne de sensibilisation est menée en partie grâce à une subvention sans affectation particulière de Pfizer Canada.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Société Alzheimer
Tous droits réservés