Des chercheurs ont rapporté, au congrès de l'American Academy of Neurology, avoir identifié un nouveau sous-type de la maladie d'Alzheimer (MA) actuellement non reconnu.

Cette forme atypique de la maladie, qui épargne l'hippocampe, le "centre cérébral de la mémoire", produit des symptômes différents de la forme la plus courante de la maladie.

Melissa Murray de la Mayo Clinic en Floride et ses collègues ont examiné 1821 cerveaux de personnes décédées qui étaient atteintes de la maladie d'Alzheimer.

De ce nombre 11% présentaient les caractéristiques de la nouvelle forme identifiée, ce qui suggère que cette dernière est relativement répandue dans la population générale.

Les personnes atteintes, qui sont surtout des hommes, le sont beaucoup plus jeunes, et leurs symptômes peuvent être bizarres : ce sont, par exemples, des problèmes de comportement tels que des explosions fréquentes de colère, le sentiment que leurs membres ne leur appartiennent pas et qu'ils sont contrôlés par une force étrangère, ou des troubles visuels en l'absence de problèmes oculaires.

La maladie évolue à un rythme beaucoup plus rapide que la forme typique de la maladie.

Plusieurs patients, cependant, ont des souvenirs qui sont près de la normale, de sorte qu'ils reçoivent souvent un diagnostic erroné ne correspondant pas à la neuropathologie sous-jacente, indique la chercheuse.

Plusieurs reçoivent un diagnostic de démence fronto-temporale, un trouble caractérisé par des changements dans la personnalité et le comportement social, ou de syndrome cortico-basal (aussi appelé dégénérescence cortico-basale), caractérisé par des troubles du mouvement et des dysfonctions cognitives. Les troubles du langage sont aussi plus fréquents dans la maladie d'Alzheimer qui épargne l'hippocampe même si les patients n'ont pas de déficits vocal ou auditif.

Les dysfonctions de deux protéines, caractéristiques de la maladie d'Alzheimer, celles de la protéine bêta-amyloïde qui forme des plaques et de la protéine tau qui produit des enchevêtrements, sont présentes dans tous les sous-types de la maladie, incluant celle qui épargne l'hippocampe.

Dans cette dernière, pour une raison inconnue, les enchevêtrements de la protéine tau sont plus abondants dans les régions liées au comportement moteur, à la conscience motrice ainsi qu'à l'utilisation du langage et de la vision. Ils endommagent et détruisent les neurones.

La chercheuse dit espérer que cette étude "ouvre les esprits" des cliniciens qui tentent de diagnostiquer la démence, en les aidant à comprendre que la perte de mémoire n'est pas présente chez tous les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Psychomédia avec source: Mayo Clinic.
Tous droits réservés