L'Échelle de détérioration globale, ou Échelle de Reisberg, publiée en 1982 par le psychiatre Barry Reisberg et ses collaborateurs, est la plus utilisée mondialement pour mesurer la sévérité de la maladie d'Alzheimer ou d'autres démences.

L'évolution de la maladie est divisée en 7 stades. Les stades 1 à 3 représentent des stades pré-démence et les stades 4 à 7 des stades de la démence. Les processus physiologiques de la maladie débutent bien avant l'apparition des symptômes manifestes de la maladie.

Stade 1 : Pas de déficit cognitif

Les personnes qui développeront la maladie ne présentent aucun trouble de mémoire ou cognitif à ce stade.

Stade 2 : Déficit cognitif très léger

Un déclin de la mémoire, similaire au déclin normal lié au vieillissement, est présent. À ce stade, les gens se plaignent de pertes de mémoire qui consistent le plus souvent à oublier où ils ont mis des objets courants ou à oublier le nom des gens. Aucun symptôme de démence n’est détecté lors d’examens médicaux ou par les amis, la famille ou les collègues.

Stade 3 : Déficit cognitif léger

Les premiers déficits se manifestent dans plus d'un des domaines suivants :

  • Les personnes atteintes peuvent se perdre quand elles se déplacent dans un endroit inconnu.
  • Les collègues de travail s’aperçoivent d’une baisse de performance.
  • La difficulté à trouver les mots et les noms devient évidente pour l’entourage.
  • Les personnes peuvent lire mais n’en retenir que peu de choses.
  • Elles ont moins de facilité à retenir les noms des personnes qui leur sont présentées pour la première fois.
  • Elles peuvent perdre ou mal placer des objets de valeur.
  • Les difficultés de concentration sont évidentes lors d'un examen par un professionnel.

Les personnes atteintes peuvent aussi présenter :

  • Une incapacité à exécuter des tâches complexes.
  • Une diminution des performances dans les situations professionnelles ou sociales difficiles.
  • Un déni.
Stade 4 : Déficit cognitif modéré (démence légère)

Les personnes atteintes présentent des déficits manifestes dans les domaines suivants :

  • Connaissance réduite des événements récents et de l'actualité.
  • Lacunes dans les souvenirs de leur propre passé.
  • Trouble de la concentration lors d'un test des soustractions en série.
  • Diminution de la capacité de voyager, de gérer ses finances, etc.

Fréquemment pas de déficit dans les domaines suivants :

  • Orientation dans le temps et les lieux.
  • Reconnaissance des visages et des personnes familières.
  • Capacité de se déplacer dans des endroits connus.

Sont aussi présents :

  • Une incapacité à accomplir des tâches complexes.
  • Un déni.
  • Fréquemment, un émoussement de l'affect et un retrait de situations difficiles.
Stade 5 : Déficit cognitif relativement sévère (démence modérée)

Les personnes atteintes ont besoin d'assistance et ne peuvent plus vivre seules.

Lors d'un entretien d'évaluation, elles sont incapables de se rappeler une caractéristique importante de leur vie courante telle que leur adresse et leur numéro de téléphone de plusieurs années, les noms de leurs petits enfants…

Elles présentent souvent une désorientation par rapport au temps (date, jour de la semaine, saison…) et aux lieux.

Elles peuvent avoir des difficultés à compter à rebours à partir de 40 par 4 ou de 20 par 2.

Elles conservent la connaissance de nombreux faits majeurs les concernant elles-mêmes et les autres.

Elles savent toujours leurs propres noms et généralement ceux de leurs conjoints et de leurs enfants. Elles ne nécessitent pas d'aide pour la toilette et manger, mais peuvent avoir une certaine difficulté à choisir les vêtements appropriés à porter.

Stade 6 : Déficit cognitif sévère (démence modérément sévère)

Les personnes peuvent parfois oublier le nom leurs conjoint(e)s de qui elles sont entièrement dépendent(e)s pour leur survie.

Elles sont largement ignorantes des événements et des expériences récentes de leur vie.

Elles conservent une certaine connaissance de leurs vies passées, mais très peu précise.

Elles n'ont généralement pas conscience de leur environnement, de l'année, la saison, etc.

Elles peuvent avoir des difficultés à compter à rebours à partir de 10 et, parfois de compter jusqu'à 10 simplement.

Elles ont besoin d'une assistance pour les activités de la vie quotidienne. Par exemple, elles peuvent devenir incontinentes, avoir besoin d'aide pour se déplacer, mais de temps en temps être en mesure de se rendre à des endroits connus.

Le rythme diurne est souvent perturbé.

Elles se rappellent presque toujours leur propre nom.

Elles continuent fréquemment à être en mesure de distinguer les personnes familières de celles inconnues dans leur environnement.

Des changements de la personnalité et émotionnels se produisent.

Les symptômes suivants peuvent être présents de façon variable :

  • comportement délirant, par exemple les malades peuvent accuser leur conjoint d'être un imposteur, peuvent parler à des personnes imaginaires, ou à leur propre reflet dans le miroir ;
  • symptômes obsessionnels, par exemple, toujours répéter les activités de nettoyage ;
  • symptômes d'anxiété, agitation et même comportements violents ;
  • perte de volonté, en raison de l'incapacité de mener une réflexion assez longtemps pour déterminer un cours d'action délibérée.
Stade 7 : Déficit cognitif très sévère (démence sévère)

Toutes les capacités verbales sont perdues au cours de cette étape.

Souvent, il n'y a pas de langage du tout, seulement des expressions inintelligibles et une rare émergence de mots et de phrases apparemment oubliées.

Il y a une incontinence urinaire et un besoin d'aide pour la toilette et l'alimentation.

Les capacités de base de la psychomotricité, par exemple, la capacité de marcher, sont perdues progressivement.

Le cerveau semble ne plus être capable de commander le corps.

Une rigidité généralisée et des réflexes neurologiques sont
fréquemment présents.

"Global Deterioration Scale" : Reisberg, B., Ferris, S. H., de Leon, M. J., and Crook, T. (1982). Modified from Global Deterioration Scale. American Journal of Psychiatry Illustration : American Alzheimer's Association

Psychomédia avec source: GDS
Tous droits réservés