Le Champix augmente les risques cardiovasculaires (en plus des risques neuropsychiatriques)

Le médicament d'aide au sevrage tabagique Champix (varenicline), du laboratoire Pfizer, est lié à une augmentation des risques d'infarctus, d'accident vasculaire cérébral et d'autres événements cardiaques sérieux chez des personnes n'ayant pas d'antécédent de maladie cardiaque, rapporte une méta-analyse publiée dans le Canadian Medical Association Journal. Le médicament est aussi associé à des risques neuropsychiatriques.

Sonal Singh de l'Université Johns Hopkins et Curt D. Furberg de l'Université Wake Forest ont réalisé une méta-analyse de 14 essais cliniques dans lesquels les participants étaient assignés au hasard à prendre le Champix ou un placebo. Ces essais impliquaient au total plus de 8000 personnes en bonne santé. Les personnes ayant des antécédents de maladies cardiovasculaires étaient exclues de ces études.

Le Champix était associé à un risque accru de 72 % d'hospitalisation pour accident cardiovasculaire grave comme un infarctus ou une arythmie cardiaque (1,06% comparativement à 0,82% dans les groupes prenant le placebo). Pour 28 personnes traitées avec le Champix, une personne supplémentaire subissait un événement cardiaque. Comparativement aux groupes prenant un placebo, une personne sur 10 de plus réussissait à arrêter de fumer avec le médicament.

D'autres effets secondaires étaient des pertes de connaissance, des troubles visuels, des suicides, l'agressivité, la dépression et l'aggravation de certains cas de diabète.

“Nous savons depuis des années que le Chantix est l'un des médicaments sur ordonnance les plus dangereux du marché américain, sur la base des effets secondaires déclarés à la FDA", dit le Pr Curt Furberg qui appelle à le retirer du marché.

En mai dernier, le Ministère de la Santé français a annoncé que le Champix ne serait plus remboursé, pour insuffisance de preuves d’efficacité.

Voyez également:

New York Times
Tous droits réservés