Lien entre autisme et vaccin: The Lancet se rétracte, la célèbre étude était fautive

La revue médicale britannique The Lancet a publié mardi une rétractation complète d'une étude controversée datant de 1998 qui établissait un lien entre le vaccin ROR (rougeole-rubéole-oreillons, vaccin MMR en anglais) et l'autisme. Cet article, qui avait causé une importante baisse de vaccination en Grande-Bretagne et dans plusieurs autres pays, est retiré des archives de la revue.

La rétractation survient un jour après qu'une revue médicale concurrente, le British Medical Journal, ait publié un commentaire sous embargo appelant The Lancet à se rétracter formellement, indique le Washington Post. Le commentaire devait être publié mercredi.
La semaine dernière, le Dr Andrew Wakefield, l'auteur principal de cette étude, a été jugé coupable par le General Medical Council d'avoir enfreint les règles de recherche . Le GMC a jugé:
    - qu'il avait montré un mépris des enfants en leur faisant subir des tests non nécessaires à leur traitement (ponctions lombaires, colonoscopies, repas baryté, tomodensitométrie (scan) cérébrale, tests sanguins et d'urine) aux seules fins de cette étude;

    - que des enfants ne rencontraient pas les critères d'inclusion dans l'étude;

    - qu'il a agit malhonnêtement et de façon trompeuse dans la façon dont il a présenté l'étude.
The Lancet affirme que, suite à ce jugement, il devient clair que plusieurs éléments de l'article sont incorrects.

La revue avait déjà admis en 2004 qu'elle n'aurait pas dû publier cette étude. Elle était soutenue par 10 des 13 des auteurs de l'étude qui se rétractaient. Cela survenait dans le contexte où le Dr. Wakefield était accusé d'avoir omis de déclarer avoir reçu des paiements de la part d’avocats qui travaillaient sur un possible recours collectif contre des fabricants du vaccin.

Plusieurs études ont indiqué une absence de lien entre l'autisme et le vaccin ROR. En 2006 notamment, une étude de l'Université McGill (Montréal) montrait que les cas d'autisme avaient augmenté au Québec après le retrait du thimérosal (contenant de l'éthylmercure) dans les vaccins. Une année plus tard, la même équipe publiait une étude qui montrait, selon des analyses de sang et de cheveux, que l'autisme n'était pas lié à l'exposition au mercure de différentes sources.

Psychomédia avec sources:
BBC, Telegraph.co.uk, Washington Post

Voyez également:

Pas de lien entre l'autisme et le mercure - vaccin (mai 2007)
DOSSIER Psychomédia: Autisme et troubles envahissants du développement