La prévalence de l'autisme serait sous-estimée

La prévalence de l'autisme pourrait être beaucoup plus grande qu'estimée jusqu'à maintenant, selon une étude menée par des chercheurs américains, canadiens et sud-coréens en Corée du Sud.

Cette étude, publiée l'American Journal of Psychiatry, est la première, indiquent les auteurs, à se fonder sur un échantillon représentatif de l'ensemble de la population infantile scolarisée d'un pays plutôt que sur les dossiers médicaux (cette dernière méthode laissant de côté ceux pour qui il n'y a pas eu de consultation médicale). Young-Shin Kim de l'Université de Yale et ses collègues ont mené cette étude avec environ 55 000 enfants âgés de 7 à 12 ans.

Un enfant sur 38 (2,6%) serait atteint du syndrome. Ce qui représente plus que le double du taux actuellement estimé d'un enfant sur 110 aux États-Unis. Ce dernier taux représentant lui-même une importante augmentation par rapport à celui de 0,6% en 2007.

La plupart des cas de troubles du spectre autistique étaient scolarisés dans des classes régulières et ne recevaient pas de services d'éducation spéciale ou de santé mentale.

Cette étude incluait les enfants qui présentaient un syndrome d'Asperger. Si ce syndrome est un trouble distinct ou une variation de l'autisme fait l'objet d'un débat parmi les psychiatres.

L'édition actuelle du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (le DSM-IV) de l'American Psychiatric Association, utilisé internationalement, considère le syndrome d'Asperger comme distinct de l'autisme. Mais une proposition pour la prochaine édition (le DSM-5), qui sera publié en 2013, supprime le diagnostic du syndrome d'Asperger et l'intègre à celui de l'autisme. C'est ce que les auteurs de l'étude ont fait, ce qui a contribué à augmenter le nombre de cas.

Ces résultats soulèvent, souligne Geraldine Dawson de l'organisation Autism Speaks qui a été financé en grande partie cette étude, la question du taux de prévalence qui serait trouvé aux États-Unis si tous les enfants étaient dépistés.

Voyez également:

Los Angeles Times, New York Times
Tous droits réservés