Une caractéristique des interactions sociales chez les autistes à haut niveau de fonctionnement

Les personnes atteintes d'autisme ont souvent des difficultés dans leurs interactions sociales de la vie de tous les jours. Alors que cela peut être particulièrement remarquable chez celles qui ont un niveau élevé de fonctionnement (syndrome d'Asperger), caractériser les détails de cette difficulté demeure un défi, soulignent les auteurs d'une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Ralph Adolphs et Keise Izuma du California Institute of Technology ont isolé une différence spécifique chez ces personnes: elles ont tendance à ne pas se soucier de ce que les autres pensent d'elles.

La capacité d'une personne de comprendre les pensées, les intentions et les croyances des autres a été appelée théorie de l'esprit. Un aspect important de cette capacité en terme d'interactions sociales est d'être capable de s'imaginer ce que les autres pensent de soi (la réputation).

Les chercheurs ont mené une expérimentation dans laquelle les participants faisaient des dons réels à Unicef lorsqu'ils étaient seuls dans une pièce ou lorsqu'ils étaient vus par un chercheur.

Alors que les personnes du groupe de comparaison donnaient beaucoup plus en présence d'un témoin (ce qui confirmait des études précédentes), le montant donné par les personnes atteintes d'autisme demeurait inchangé.

Pour s'assurer que ce comportement était lié au fait qu'elles ne pensaient pas à leur réputation sociale, une autre expérience a été menée dans laquelle les participants résolvaient des problèmes mathématiques seuls ou en présence d'un témoin. Comme les personnes sans autisme, celles qui en étaient atteintes performaient davantage en présence d'un témoin. Elles n'étaient donc pas insensibles à la présence du témoin puisqu'elles ressentaient la même augmentation d'activation que les participants sans autisme.

Donc, ce qui différenciait les personnes non autistes et autistes dans l'expérience des dons d'argent était, chez ces dernières, l'absence de l'étape spécifique consistant à penser à ce que l'autre pense d'elles, concluent les chercheurs.

Voyez également:

Psychomédia avec source: California Institute of Technology via Science Daily. Tous droits réservés.