Le botox influencerait l'expérience émotive en réduisant l'expression

Une des expressions faciales les plus reconnaissables est le dégoût. Mais qu'arrive-t-il quand cette émotion n'est pas exprimée? Quand une personne garde son visage impassible de façon intentionnelle ou non intentionnelle?

Selon la psychologue Judith Grob de l'University of Groningen (Pays-Bas), certaines personnes vivent alors plus d'émotions négatives. "Elles voient le monde avec des yeux négatifs parce qu'elles ne peuvent se débarasser du sentiment de dégoût en l'exprimant. Un traitement au botox a ainsi un effet sur l'expérience émotionnelle, et non pas seulement sur les rides", dit-elle.
La suppression de l'expression de dégoût a des conséquences négatives, a montré la chercheuse, même chez des personnes qui ne sont pas conscientes qu'elles ne sont plus capables d'exprimer cette émotion "parce que leurs muscles faciaux ont été paralysés par des traitements de botox, par exemple".

Les gens qui expriment leur sentiment de dégoût ressentent cette émotion plus intensément pour une courte période et pensent beaucoup à des sujets reliés. "Mais quand ils se retrouvent dans une nouvelle situation, le sentiment a complètement disparu."

Les participants à une étude qui se faisaient demander de supprimer l'expression de leur dégoût quand ils étaient exposés à des images dégoûtantes, de toilette sale par exemple, ou à un film décrivant une amputation, étaient capables de le faire, dit Grob. "Mais l'émotion ressortait à travers d'autres canaux", dit-elle. "Au niveau cognitif, ils commençaient à penser à des choses dégoûtantes beaucoup plus souvent et à se sentir beaucoup plus négatifs concernant d'autres sujets".

Cette spirale négative était évidente, que la suppression de l'expression soit consciente ou inconsciente. "Nous avons demandé à certains participants de tenir un crayon entre leurs lèvres sans leur fournir la raison. Le crayon inhibait spécifiquement les muscles faciaux utilisés pour exprimer le dégoût. Les mêmes effets étaient observés chez ces participants que chez ceux qui supprimaient leurs émotions consciemment." Les conséquences négatives de la suppression de l'expression seraient donc attribuables à l'inhibition musculaire plutôt qu'à la suppression des pensées.

Les personnes qui voient le monde avec des yeux négatifs vivent plus d'émotions négatives. "Si elles suppriment aussi l'expression de ces émotions, elles entrent rapidement dans une spirale négative", explique la chercheuse.

Voyez également:

La chirurgie esthétique affecte la perception des expressions et des émotions
Les expressions faciales des émotions seraient innées plutôt qu'apprises
Vieillissement du visage lié aux divorce, antidépresseurs, poids, soleil, tabac

Psychomédia avec source: Science Daily
Tous droits réservés