Les personnes âgées sont souvent encouragées à rester actives pour garder leurs capacités mentales, qu'elles doivent "utiliser ou perdre." Mais, indiquent les auteurs d'une étude publiée la revue Psychological Science, seules certaines activités sont susceptibles d'améliorer le fonctionnement cognitif.

Il semble qu'il ne suffise pas de faire quelque chose mais qu'il est important de faire quelque chose qui n'est pas familier et qui représente un défi mental, explique Denise Park de l'Université du Texas à Dallas.

"Quand vous êtes à l'intérieur de votre zone de confort vous pouvez être en dehors de la zone d'amélioration", dit-elle.

Avec ses collègues, elle a mené cette étude avec 221 personnes, âgées de 60 à 90 ans, qui étaient assignées au hasard à trois groupes qui devaient s'engager dans un type particulier d'activité 15 heures par semaine pendant 3 mois:

- apprendre une nouvelle compétence (la photographie numérique, la courtepointe, ou les deux) ce qui exige un engagement actif et fait appel à la mémoire de travail, la mémoire à long terme et d'autres processus cognitifs de haut niveau;
- se livrer à des activités plus familières à la maison telles qu'écouter de la musique classique et faire des puzzles de mots;
- faire des activités qui impliquent des interactions sociales telles que des excursions et des diverses activités de loisir.

Les trois groupes étaient fortement encouragés à continuer à apprendre et à développer leurs compétences.

Les participants qui devaient apprendre de nouvelles compétences ont présenté des améliorations de la mémoire, ce qui n'était pas le cas de ceux qui se consacraient à des activités sociales ou des activités mentales moins exigeantes.

"C'est de la spéculation, mais si les activités qui représentent un défi mental ralentissaient le vieillissement du cerveau?", demande-t-elle. "Chaque année sauvée pourrait être une année supplémentaire de vie de bonne qualité et d'indépendance."

Psychomédia avec source: Association for Psychological Science.
Tous droits réservés