Des médicaments pris très couramment causent des problèmes cognitifs en moins de 60 jours chez les personnes âgées, selon une étude financée par le National Institute on Aging américain et publiée dans la revue Alzheimer's & Dementia.

Il s'agit des médicaments anticholinergiques qui bloquent l'acétylcholine, un neurotransmetteur du système nerveux. Un effet similaire est constaté avec 90 jours d'utilisation continue de plusieurs médicaments ayant un effet anticholinergique plus faible.

Ils incluent des médicaments en vente libre (tels que des somnifères et des médicaments contre les fuites urinaires) et des médicaments prescrits (tels que des médicaments contre l'hypertension et les maladies cardiovasculaires).

Noll Campbell et Malaz Boustani de l'Université d'Indiana ont, avec leurs collègues, mené cette étude avec 3,690 personnes âgées.

Bien que le lien entre les anticholinergiques et des troubles cognitifs ait été indiqué par des études précédentes, indiquent les chercheurs, la charge cumulée des anticholinergiques était plus grande qu'attendue. Un autre résultat inattendu est l'absence d'un lien clair entre la charge anticholinergique et la démence.

"Le fait que la prise d'anticholinergiques soit liée au déficit cognitif léger (impliquant la perte de mémoire sans incapacité fonctionnelle) mais pas à la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies apparentées, donne de l'espoir", dit Malaz Boustani. "Nos efforts de recherche se concentreront désormais à éclaircir si le déficit induit par ces médicaments est réversible", indique-t-il.

Psychomédia avec source: Indiana University .
Tous droits réservés.