Dépression, colère: analyser ses émotions ou se distraire?

Lorsque déprimé ou submergé par des émotions négatives, est-il préférable d'analyser les émotions pour mieux les comprendre ou simplement les mettre de côté et aller de l'avant? Analyser les émotions est censé faciliter l'adaptation, mais tenter de comprendre les sentiments douloureux perpétue et renforce souvent les humeurs et les émotions négatives.

Selon les psychologues Ethan Kross de l'Université du Michigan et Ozlem Ayduk de l'Université de Californie à Berkeley, la meilleure solution n'est pas la distraction ou l'oubli mais l'analyse des sentiments avec une perspective de distance psychologique.
Ils ont mené quelques recherches expérimentales qui tendent à supporter ce point de vue. Dans l'une de celles-ci, dont les résultats sont publiés dans la revue Personality and Social Psychology Bulletin, ils ont assigné au hasard 141 étudiants dans 3 groupes. Les participants devaient se rappeler une expérience qui les avaient fait se sentir submergés par la tristesse et la dépression.

Un groupe "immersion" devait revivre la situation comme si elle se produisait à nouveau et essayer de comprendre les émotions qui survenaient. Un groupe "analyse avec distance" devait se rappeler l'expérience, prendre quelques pas de distance et essayer de comprendre les émotions que ressentait le moi distant. Enfin un troisième groupe "distraction" devait faire suivre le rappel de l'événement par des sujets de pensée non émotifs et non reliés.

Immédiatement après la session, ceux qui avaient utilisé l'analyse avec distance et la distraction rapportaient des niveaux moins élevés de dépression. Ces deux méthodes s'avéraient également efficaces pour composer avec les émotions dans le court terme.

Un jour ou une semaine plus tard cependant, alors que les participants devaient se rappeler à nouveau le triste événement, ceux qui avaient utilisé l'analyse avec distance continuaient à présenter des niveaux plus bas de dépression ce qui n'était pas le cas de ceux qui avaient utilisé la distraction. L'analyse avec distance aiderait ainsi non seulement à s'adapter dans le court terme mais aussi à plus long terme.

Dans une étude reliée, publiée plus tôt cette année dans la revue Psychological Science, les chercheurs avaient montré que les participants qui adoptaient une perspective de distance en analysant des émotions de colère liées à un événement présentaient de plus faibles augmentations de pression sanguine que ceux utilisant une approche d'immersion.

Dans ses recherches futures, Kross prévoit étudier si l'auto-distance est aidante pour composer avec d'autres types d'émotions, incluant l'anxiété, et quelles sont les meilleures façons d'enseigner à l'utiliser lorsque les événements de la vie se produisent.

Voyez également:

Des changements de mode de vie comme traitement de la dépression, de l'anxiété et d'autres troubles mentaux
Anxiété, dépression, colère: remettre en question les pensées automatiques
La psychothérapie cognitive de pleine conscience pour le traitement de la dépression
L'espoir aide à combattre la dépression. Comment le développer?
DOSSIER: Dépression

Psychomédia avec source: Eurekalert
Tous droits réservés