Risque de dépression plus élevé chez les adolescents qui manquent de sommeil

Le risque de dépression et de pensées suicidaires est augmenté chez les adolescents qui manquent de sommeil, selon une étude américaine publiée dans la revue Sleep.

James Gangwisch de l'Université de Columbia et ses collègues ont analysé les données concernant 15659 élèves américains de collèges et de lycées âgés de 12 à 18 ans entre 1994 et 1996. 7% étaient dépressifs et 13% rapportaient avoir pensé à se suicider au cours des douze derniers mois. Le risque était plus important chez les filles et les plus âgés.
Ceux qui se couchaient après minuit avaient un risque de dépression plus élevé de 24% et de pensées suicidaires plus élevé de 20% comparativement à ceux qui se couchaient à 22 heures ou plus tôt. Ceux qui dormaient 5 heures ou moins avaient un risque de dépression plus élevé de 71% et de pensées suicidaires de 48% comparativement à ceux qui dormaient 8 heures.

Seulement 54% des parents rapportaient que les adolescents étaient au lit à 10 heures et 25% leur permettaient de veiller plus tard que minuit.

Un sommeil suffisant contribue à préserver l'équilibre psychologique, disent les chercheurs. Le manque de sommeil affecte les réponses du cerveau aux stimuli négatifs et la capacité de gérer le stress. Il affecte également le jugement, la concentration et le contrôle des impulsions.

Un sommeil adéquat peut être une bonne mesure préventive contre la dépression et un bon traitement, considère Gangwisch. Ses recherches précédentes ont également montré un lien entre un sommeil inadéquat et l'obésité, le diabète de type 2 et l'hypertension.

L'Académie américaine de médecine du sommeil recommande 9 heures de sommeil quotidiennement pour les adolescents.

Voyez également:

A l'adolescence, plus de stress et de dépression chez les filles
Altération du cycle veille-sommeil chez les ados
Le manque de sommeil nuit au contrôle cérébral des émotions négatives

Psychomédia avec sources: Los Angeles Times, BBC.
Tous droits réservés.