La dépression liée à un risque accru de démence et de maladie d'Alzheimer

La dépression est liée à un risque accru de maladie d'Alzheimer et d'autres démences plusieurs années plus tard, selon deux études américaines publiées dans la revue Neurology.

Dans la première étude, menée par Jane Saczynski de l'Université du Massachusetts, près de 1000 personnes étaient suivies pendant 17 ans. Parmi celles qui étaient en dépression au début de l'étude (entre 1990 et 1994), 22 % avaient reçu un diagnostic de démence ou de maladie d'Alzheimer à la fin de l'étude comparativement à 16,6 % parmi celles qui n'étaient pas en dépression.
Ces résultats n'établissent pas une relation de cause à effet qui pourrait s'exercer dans les deux directions. "Ce n'est pas clair si la dépression est un facteur de risque pour la démence ou si les symptômes dépressifs sont un signe précoce de la pathologie de la démence", disent les auteurs.

La dépression pourrait influencer le risque de diverses façons, dit Saczynski. L'inflammation dans les tissus cérébraux qui se produit lorsqu'une personne est en dépression, notamment, pourrait contribuer à la démence.

Dans la seconde étude, menée avec 1239 personnes, le nombre d'épisodes de dépression vécu était lié au risque démence. Avoir vécu deux épisodes ou plus doublait presque le risque.

Voyez également:

DOSSIER Psychomédia : Dépression
DOSSIER Psychomédia : Maladie d'Alzheimer et autres démences

Psychomédia avec sources:
Medpage Today, BBC
Tous droits réservés