Comment le café et le thé protégeraient bel et bien contre le diabète

Alors que plusieurs études épidémiologiques ont montré un lien entre la consommation de café et un risque diminué de diabète, ces études ne prouvaient pas que ce lien était causal. Une nouvelle étude chinoise, publiée dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry, montre un mécanisme par lequel le café protège la fonction de production d'insuline du pancréas, ajoutant ainsi un élément important en faveur de l'hypothèse d'un effet préventif du café.

Huang Kun de l'Université Huazhong et ses collègues ont analysé, sur des cellules animales de pancréas en laboratoire, l'action de composés polyphénoliques (antioxydants) du café : la caféine, l'acide caféique, l'acide chlorogénique et l'acide dihydrocafféique.

Ces substances exerçaient un effet prévenant la formation d'amas de protéines amyloïdes dans le pancréas. Ces amas sont considérés responsables de la mort de cellules qui produisent l'insuline. La caféine était la substance la moins efficace. Le café décaféiné présenterait donc aussi une bonne efficacité pour réduire le risque de diabète.

La formation de plaques amyloïdes, cette fois dans le cerveau, est aussi associée à des maladies neurologiques comme la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson. Des études ont d'ailleurs montré des liens entre la consommation de café et des risques diminués de maladie de Parkinson et de maladie d'Alzheimer.

Le thé contient aussi de l'acide caféique (qui était la substance la plus puissante dans la présente étude) et de l'acide chlorogénique. Des études ont aussi suggéré que d'autres substances du thé étaient liées à une risque réduit de diabète.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Scientific American, Food Consumer. Tous droits réservés.