Di-Antalvic: quels médicaments antidouleur en remplacement?

Quelles sont les alternatives au Di-Antalvic qui vient d'être retiré du marché français (pour bénéfice insuffisant face aux risques en cas de surdosage)?

Le Di-Antalvic, une combinaison de dextropropoxyphène et de paracétamol, est un antidouleur de niveau 2 (palier 2, celui des morphiniques faibles, sur l'échelle de l'Organisation mondiale de la santé, qui en contient 3). Les antalgiques de ce niveau, accessibles sur prescription médicale seulement, sont indiqués pour les douleurs d'intensité modérée à forte non soulagées par les antalgiques de niveau 1. Ces derniers sont, pour certains, accessibles sans ordonnance. Il s'agit des médicaments à base de paracétamol (tels que le Claradol, le Dafalgan, l'Efferalgan) ou d'anti-inflammatoires non stéroïdiens dont l'aspirine et l'ibuprofène.

Les antalgiques de deuxième niveau sont principalement à base de tramadol ou de codéïne.

  • Tramadol: Une cinquantaine de médicaments contenant du tramadol sont disponibles tels que le Biodalgic, Contramal, Monoalgic,Monocrixo, Topalgic, Tramadol, Zamudal, Zumalgic. Le tramadol est associé au paracétamol dans les spécialités Ixprim et Zaldiar.
  • Codéïne: La codéïne est associée au paracétamol (Algicalm, Codoliprane, Dafalgan codéïne, Efferalgan codéïne, Klipal codéïne, Migralgine, Prontalgine) ou à l'aspirine (Sédaspir) ou seule (Codenfan). Le Dicodin est à base de dihydrocodéïne, un dérivé de la codéïne. Un produit proche, la Lamaline, contient de la poudre d'opium et du paracétamol.

Les antalgiques de palier 3, dits morphiniques (ou opioïdes) forts ou majeurs, tels que morphine, buprénorphine, fentanyl, hydromorphone, nalbuphine, oxycodone (OxyContin), péthidine (Demerol), sont indiqués pour les douleurs intenses rebelles aux antalgiques de niveaux 1 et 2.

Voyez également:

Revue Prescrire: pour remplacer le Di-Antalvic, préférer la codéïne au tramadol
DOSSIER Quelles sont les catégories de médicaments antidouleurs (antalgiques, analgésiques)?

Psychomédia avec sources:
Le Figaro, Afssaps
Tous droits réservés