Revue Prescrire: pour remplacer le Di-Antalvic, préférer la codéïne au tramadol

Comment remplacer l'antidouleur Di-Antalvic retiré du marché français? Ce médicament, une combinaison de dextropropoxyphène et de paracétamol, est un opioïde faible, un antalgique de niveau 2 sur l'échelle de l'Organisation mondiale de la santé qui en contient 3. Les alternatives de niveau 2 sont la codéïne et le tramadol.

Lorsque le recours à un antalgique de ce niveau est justifié pour le traitement de la douleur, notamment après l'échec du paracétamol seul (acétaminophène, de niveau 1), mieux vaut préférer la codéïne, dont la balance bénéfices-risques est la plus acceptable, malgré ses limites, au tramadol, considère la revue Prescrire dans un article mis en ligne le 1er mars.

Le tramadol est à éviter, en raison notamment d’un surcroît de troubles neuropsychiques (dont des convulsions), respiratoires et cardiovasculaires, et d’hypoglycémies, indique la revue. Le tramadol est non associé dans Biodalgic, Contramal, Monoalgic, Monocrixo, Topalgic, Tramadol, Zamudal, Zumalgic. Il est associé au paracétamol dans Ixprim et Zaldiar.

La codéïne est associée au paracétamol (Algicalm, Codoliprane, Dafalgan codéïne, Efferalgan codéïne, Klipal codéïne, Migralgine, Prontalgine) ou à l'aspirine (Sédaspir) ou seule (Codenfan).

L'article se réjouit du retrait du Di-Antalvic. "Outre la dépendance à un opioïde, elle (l'association des deux molécules) expose à des risques disproportionnés : convulsions ; troubles cardiaques, en particulier chez les personnes âgées et les insuffisants rénaux. Des décès, même en cas de faibles surdoses suite à une intoxication volontaire ou non, ont ainsi été rapportés", résume l'article.

Voyez également: