Voici les critères diagnostiques du sevrage de la caféine du DSM-5 (1). La 5e édition du manuel a introduit ce diagnostic qui apparaissait dans l'édition précédente dans l'annexe des troubles nécessitant davantage d'études.

A. Utilisation quotidienne prolongée de caféine.

B. Cessation ou réduction de la consommation, suivie dans les 24 heures par trois (ou plus) des signes ou symptômes suivants :

  1. Maux de tête.
  2. Fatigue marquée ou somnolence.
  3. Humeur dysphorique, humeur dépressive, ou irritabilité.
  4. Difficulté à se concentrer.
  5. Symptômes pseudo-grippaux (nausées, vomissements ou douleurs musculaires / raideurs).

C. Les signes ou symptômes du critère B causent une détresse ou une altération significative du fonctionnement dans les domaines sociaux, professionnels, ou autres importants.

D. Ils ne sont pas associés aux effets physiologiques d'une autre condition médicale (par exemple, migraine, maladie virale) et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental, dont l'intoxication ou le retrait d'une autre substance.

Les maux de tête sont le symptôme le plus caractéristique du sevrage de la caféine. Ils peuvent être diffus, lancinants, sévères et sensibles au mouvement. Cependant, d'autres symptômes de sevrage peuvent se produire en l'absence de maux de tête.

L'abstinence de la caféine a été associée à une performance comportementale et cognitive altérée (par exemple, difficulté de soutenir l'attention). Une diminution de la motivation au travail et une diminution de la sociabilité ont également été rapportées. Une utilisation accrue d'analgésiques a été documentée.

Les symptômes commencent habituellement 12 à 24 heures après la dernière dose de caféine et atteignent un pic après 1 à 2 jours d'abstinence. Ils durent généralement de 2 à 9 jours. Les maux de tête peuvent persister jusqu'à 21 jours. Les symptômes disparaissent en général rapidement (dans les 30 à 60 minutes) après une réingestion de caféine.

Parce que la consommation de caféine est souvent intégrée dans les coutumes sociales et les rituels quotidiens, certains consommateurs peuvent ignorer leur dépendance physique à la caféine. Ainsi, les symptômes de sevrage peuvent être inattendus et attribués erronément à d'autres causes (grippe, migraine…). Les symptômes peuvent se produire lorsque les gens sont tenus de s'abstenir d'aliments et de boissons avant des procédures médicales ou quand la dose habituelle est manquante à cause d'un changement dans la routine (par exemple, au cours d'un voyage, les week-ends).

(1) DSM-5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (« Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders »), publié par l'American Psychiatric Association en 2013.

Psychomédia
Tous droits réservés