Plusieurs études ont montré des liens entre la consommation de café et des bénéfices pour la santé (notamment prévention des accidents vasculaires cérébraux, protection des fonctions cognitives, prévention de différents cancers…). Mais une consommation excessive peut entraîner des effets négatifs à court terme, notamment des troubles d'intoxication et de sevrage à la caféine.

Voici les critères diagnostiques du DSM-5 (1) de l'intoxication à la caféine :

A. Consommation récente de caféine, en général supérieure à 250 mg (p. ex., plus de 2 ou 3 tasses de café filtre).

B. Au moins 5 des signes suivants, se développant pendant ou peu après l'utilisation de caféine :

  1. fébrilité
  2. nervosité
  3. excitation
  4. insomnie
  5. faciès vultueux
  6. augmentation de la diurèse
  7. troubles gastro-intestinaux
  8. soubresauts musculaires
  9. pensées et discours décousus
  10. tachycardie ou arythmie cardiaque
  11. périodes d'infatigabilité
  12. agitation psychomotrice

C. Les symptômes du critère B causent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel, ou dans d'autres domaines importants.

D. Les symptômes ne sont pas dus à une affection médicale générale, et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental incluant l'intoxication à une autre substance.

D'autres symptômes qui peuvent être présents sont des perturbations sensorielles légères (p. ex., tintement dans les oreilles et éclairs lumineux) à forte dose. Une grande utilisation (ex. plus de 400 mg) peut causer ou exacerber des symptômes d'anxiété et somatiques ainsi que des troubles gastro-intestinaux. Des doses aiguës dépassant 10 g peuvent provoquer des crises convulsives de type grand mal et une défaillance respiratoire qui peuvent être mortelles.

(1) DSM-5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ("Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders"), publié par l'American Psychiatric Association.

Psychomédia
Tous droits réservés.