L'estrogène jouerait un rôle pour la combativité comparable à la testostérone

L'hormone sexuelle d'œstrogène peut être, pour les femmes, l'équivalent de la testostérone pour les hommes, c'est-à-dire "le combustible" pour la combativité et le pouvoir selon une recherche en psychologie de l'Université du Michigan publiée dans la revue Hormones and Behavior.

Jusqu'à récemment, certains chercheurs se demandaient si les femmes avaient un besoin ancré biologiquement pour la dominance.


"Les femmes ont longtemps été négligées dans la recherche biologique sur la dominance", dit Steven Stanton, coauteur. "Utilisant le modèle masculin, les quelques recherches existantes sur le sujet essayaient de lier la motivation et les comportements de dominance chez la femme à la testostérone. Pourtant l'influence de l'estrogène sur le comportement est très puissante et cette hormone se rapproche de la testostérone".

Chez les mammifères, l'œstrogène a été associée à la dominance mais il n'y a à peu près pas de recherches examinant les rôles de l'estrogène chez la femme."

Oliver Shultheiss et Stanton ont mesuré chez des femmes les besoins de dominance et évalué les niveaux d'estrogène dans la salive avant et après qu'elles soient en compétition deux par deux pour une position dominante.

Même avant que les participantes soient engagées dans la compétition, une plus grande motivation pour le pouvoir était associée avec des niveaux plus élevés d'estrogène.

Les gagnantes présentaient des augmentations supplémentaires d'estrogène après la compétition, mais seulement si elles avaient un besoin important de pouvoir avant la compétition. Cette augmentation était encore détectable une journée.

Les perdantes qui étaient motivées à gagner avaient une diminution d'estrogène. Ces effets n'étaient pas observés chez les femmes qui ne ressentaient pas un fort besoin de pouvoir.

Ces résultats correspondent parfaitement à ce qui est observé concernant la motivation du pouvoir et la testostérone chez les hommes, dit Schultheiss.

Rappelons que les niveaux d'estrogène chez la femme augmentent dans la première partie du cycle hormonal (du début des menstruations jusqu'à l'ovulation vers le 14e jour). Ils sont maximaux à l'ovulation et diminuent de façon importante après celle-ci.

Psychomédia avec source:
Media Newswire, communiqué de presse, University of Michigan

Voyez également:

L'estrogène rend les femmes plus vulnérables au stress
Les femmes ont tendance à se faire plus belles à l'ovulation
Arrêter de fumer : la difficulté liée à la période du cycle pour les femmes
La testostérone et le cortisol influencent les profits des courtiers à la bourse
DOSSIER : Cycle féminin et états psychologiques

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Fonctionnement psychologique.