Déficit d'attention: Le Ritalin à l'année et au-delà de l'adolescence

La moitié des enfants souffrant du trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité voient leur symptômes persister à l'adolescence et à l'âge adulte.

C'est pour cette raison que "des médecins choisissent de prescrire le stimulant à l'adolescence et à l'âge adulte, une tendance lourde aux États-Unis mais qui divise encore le Québec".
"Des chercheurs américains ont en effet réussi à mesurer l'impact non négligeable d'un trouble non traité chez d'anciens TDAH. Adultes, ces gens ont beaucoup plus de problèmes à garder un emploi, ils ont de la difficulté à créer des liens et sont plus nombreux à divorcer ou à se séparer. Comme il leur arrive encore de manquer de concentration, ils se blessent davantage et ont plus d'accidents automobiles. Souvent fragilisés, ils cèdent plus facilement à la pression et sont plus nombreux à penser au suicide."

Dans le même esprit, certains spécialistes recommandent également la prise du médicament tous les jours de l'année. "Pour la directrice de la Clinique TDAH de Sainte-Justine, prescrire un stimulant sur une base strictement scolaire lance un message ambigu aux parents comme à l'enfant. «Avant, on avait tendance à ne regarder que ce qui touchait l'école et à négliger le reste; aujourd'hui, on reconnaît que c'est un problème qui touche la vie d'un enfant et de sa famille au quotidien», note la Dre Ageranioti-Bélanger."

Article complet du Devoir

Voyez aussi les articles:
Le Ritalin dans les cas de mauvais diagnostics pourrait favoriser la dépression
Un bas niveau de fer peut contribuer au déficit d'attention/hyperactivité

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre forum Troubles psy. chez l'enfant et l'adolescent