Implants mammaires liés à plus de suicides et de troubles psychiatriques

Les femmes ayant reçu des implants mammaires pour des raisons esthétiques ont trois fois plus de risque de se suicider comparativement aux femmes dans la population générale, selon une étude américaine, publiée dans les Annals of Plastic Surgery, menée auprès de femmes suédoises.

Des études antérieures avaient déjà montré des taux de suicide deux à trois fois plus élevés parmi les femmes ayant reçu des implants mammaires.
Dr Loren Lipworth et ses collègues ont poursuivi une étude précédente auprès de 3.527 femmes suédoises qui ont eu recours à une chirurgie esthétique pour des implants mammaires entre 1965 et 1993. Il y a eu, selon la recherche, 175 décès parmi ces femmes comparativement au ratio de 133 correspondant à la population générale.

Au moins 38 de ces décès (soit 22%) reflétaient des troubles psychiatriques ou d'abus de substance, selon les chercheurs.

Parmi les femmes avec des implants, le taux de suicide était 3 fois plus élevé que dans la population générale (24 décès).

Le risque de suicide était près de 7 fois plus élevé pour les femmes ayant reçu leur implant à 45 ans et plus. (Les femmes ont recours à cette chirurgie à 32 ans en moyenne.)

Il y avait aussi un risque 3 fois plus élevé de décès résultant de dépendance à l'alcool et aux drogues parmi ce groupe ainsi qu'un excès de décès par accidents et blessures consistant avec la dépendance et l'abus des drogues et alcool.

Le risque accru de suicide n'était apparent qu'à partir de 10 ans après la chirurgie.

Après 10 ans, le risque augmentait avec le temps. Il était 4.5 fois plus élevé entre 10 à 19 ans après la chirurgie et 6 fois plus élevé après 20 ans.

Le taux de décès par cancer du sein et d'autres cancers n'était pas plus élevé chez les femmes ayant des implants que dans la population générale. Le risque de décès par cancer des poumons et maladies respiratoires chroniques étaient toutefois plus élevé.

Les chercheurs concluent que l'excès de décès par suicides, abus et dépendance à l'alcool et aux drogues et d'autres causes reliées suggère des problématiques psychiatriques sous-jacentes chez ces femmes.

L'augmentation de décès par ces causes suggère qu'une proportion significative de femmes ayant eu recours à une chirurgie esthétique d'augmentation mammaire peuvent avoir, ou développer plus tard de sérieux problèmes psychiatriques à long terme, disent les chercheurs. De plus, parce qu'ils n'ont examiné que les décès, il se peut très bien que l'incidence des troubles psychiatriques parmi ces femmes soit beaucoup plus élevée que dans la population générale.

Ces résultats justifient une meilleur sélection, une évaluation de la santé mentale, un counseling et peut-être un suivi des femmes qui font des démarches pour une chirurgie esthétique des seins, suggèrent les auteurs.

Voyez également:

Plus de suicide chez les femmes ayant des implants mammaires
Implants mammaires: amélioration de l'estime de soi et de la sexualité ?
Chirurgie esthétique du nez et troubles de la personnalité
DOSSIER: Beauté et image corporelle

Psychomédia avec source: Medical News Today.
Tous droits réservés