Qu'est-ce qui suscite le plus de commentaires dans les forums et reseaux sociaux?

Des chercheurs slovènes et britanniques ont utilisé des algorithmes d'analyse des sentiments pour identifier le contenu émotif des messages laissés sur les forums de discussion sur le site de la BBC et le site de partage de liens digg.com.

Ces algorithmes comparaient des caractéristiques telles que les mots-clés, les émoticônes et des marqueurs linguistiques subtils tels que les fautes d'orthographes et ils utilisaient ces résultats pour calculer un «score de bonheur" pour chaque message.

Les fils de discussion les plus longs étaient beaucoup plus négatifs émotivement que les courts, les scores de bonheur diminuant logarithmiquement avec le nombre de messages. De plus, les longues conversations commençaient presque toujours par des commentaires négatifs.

"Si vous voulez une longue conversation, ne commencez pas en disant "J'adore telle chose", du moins pas en ligne», dit Mike Thelwall, coauteur, directeur du groupe de recherche Statistical Cybermetrics à Wolverhampton au Royaume-Uni.

L'étude montre aussi que les "flots de messages" avec des scores de bonheur faibles stimulés par un seul message, produisent un "comportement auto-organisé" chez les utilisateurs.

Les émotions négatives accélèrent l'envoie de messages par les utilisateurs, qui génèrent à leur tour des groupes sociaux, explique Thelwall. Un seul message peut générer rapidement une communauté de sentiments s'il est assez provocateur, dit-il.

"En fait, tout cela est un comportement typiquement humain. Il est montré que la cohésion d'un groupe peut être liée à des sentiments négatifs envers les autres", commente Tom Buchanan, psychologue à l'Université de Westminster (Londres). "Les membres d'une communauté en ligne pourraient se réunir autour d'une attaque perçue sur eux ou sur certains aspects de leur identité."

Voyez également:

L'utilité des messages anodins dans les réseaux sociaux
Les principales raisons pour être supprimé(e) de listes d'amis sur Facebook

Psychomédia avec source:
New Scientist
Tous droits réservés