Les joueurs de jeux d'argent et de hasard sur Internet sont plus à risque de jeu pathologique que les adeptes des jeux traditionnels, selon deux études menées par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et l'Observatoire des jeux (ODJ), publiées dans la revue Tendances.

Deux ans après la loi du 12 mai 2010, établissant une ouverture à la concurrence du marché des jeux en ligne dans les domaines des paris sportifs, des paris hippiques et du poker, les chercheurs estiment que 3,7 % de la population française jouent en ligne.

La proportion de joueurs à risque d'addiction est de 17 % en ligne comparativement à 2,8 % mesuré avec le même outil en 2010, avant l'ouverture des jeux en ligne.

La grande majorité des joueurs traditionnels jouent occasionnellement à des types de jeux induisant moins de risques d'addiction, tels que les jeux de loterie, précise l'OFDT.

Le jeu problématique en ligne semble plus fréquent avec les machines à sous et les jeux traditionnels de casino. Le poker se situe en troisième position. Les jeux de grattage et de tirage sont les moins liés au jeu problématique.

Les joueurs problématiques en ligne sont en plus grande proportion des hommes (57 %) et l'âge médian (50% sont plus jeunes et 50% sont plus vieux) lors de la première expérience en ligne est de 33 ans. Les joueurs de poker sont toutefois plus jeunes.

Le jeu pathologique figure, dans le DSM-IV (1) parmi les troubles du contrôle des impulsions et dans le DSM-5, dans le chapitre des troubles reliés à une substance et troubles addictifs. Ce changement reflète les études qui montrent que le jeu active le système cérébral dit de récompense, ce qui produit des effets similaires aux drogues.

Psychomédia avec sources: Communiqué de presse, Le Nouvel Observateur Tous droits réservés