Le pouvoir de l'esprit sur l'appétit

La perception des calories consommées peut influencer la satiété, selon une étude américaine publiée dans la revue Health Psychology, ce qui fait dire aux chercheurs que l'esprit agit sur la régulation hormonale de la faim et de la satiété au-delà des nutriments contenus dans les aliments.

La chercheuse en psychologie Alia Crum et ses collègues des universités Yale et de l'Arizona ont mené cette étude avec 46 personnes en santé qui prenaient un milkshake étiqueté comme étant "indulgent avec 620 calories" ou "sensé avec 140 cal".

Dans tous les cas cependant les milkshakes contenaient 380 calories. Les participants évaluaient le goût et rapportaient leur sensation de satiété après l'avoir pris.

Des échantillons de sang permettaient d'analyser les changements de niveaux de la ghréline, une hormone intestinale qui achemine des messages concernant la faim au cerveau. Les taux de ghréline augmentent en l'absence de nourriture et diminuent lorsque la nourriture pénètre dans l'estomac.

Les participants qui ont bu le milkshake indulgent ressentaient une plus grande satiété, confirmée par une nette diminution des niveaux de ghréline. Ce qui suggère que malgré les mêmes nutriments, la perception d'un aliment comme étant réduit en calories laisse moins satisfait physiologiquement, commentent les chercheurs.

La régulation de la ghréline, disent-ils, est importante pour le maintien du poids. Des études précédentes ont lié des niveaux élevés de ghréline à une augmentation de la consommation de nourriture et à la prise de poids. Des études futures devraient permettre de mieux comprendre les mécanismes d'action de la ghréline et d'explorer le pouvoir de l'esprit sur l'appétit, commentent les chercheurs.

Si nous pouvions approcher même les aliments les plus sains avec une perception d'indulgence, nous pourrions obtenir une plus grande satisfaction physiologique, ajoutent-ils.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Eufic Tous droits réservés