La maladie coeliaque liée à des risques accrus de dépression et de troubles alimentaires

Les femmes atteintes de maladie cœliaque sont plus susceptibles de souffrir de dépression et de troubles alimentaires même si elles adhèrent à un régime alimentaire sans gluten, selon une étude américaine publiée dans la revue Chronic Illness.

La maladie cœliaque (ou cœliakie) est une maladie auto-immune qui entraîne une intolérance au gluten, une protéine qui se trouve dans le blé, l'orge et le seigle. La maladie est contrôlée en évitant ces aliments.

Josh Smyth et ses collègues des universités Penn State, Syracuse et Drexel ont mené cette étude avec 177 femmes atteintes de la maladie.

La plupart des participantes adhéraient au régime sans gluten et cette adhésion était liée à une plus grande vitalité, moins de stress, moins de symptômes de dépression et une meilleure santé émotionnelle dans l'ensemble que chez celles qui adhéraient moins. Mais même chez ces personnes qui géraient bien leur maladie, les niveaux de stress, de dépression et de problématiques concernant l'image corporelle, le poids et la silhouette étaient plus élevés comparativement à la population générale.

Il est probable que la maladie, le stress, la problématique de poids, les troubles alimentaires et la dépression soient liés, estime le chercheur. Mais les liens de causalité entre eux (lesquels viennent en premier et causent les autres) ne sont pas encore bien connus.

Les résultats de cette étude peuvent aussi avoir des implications pour les personnes atteintes d'autres maladies telles que les allergies alimentaires et la maladie de Crohn, estime le chercheur qui propose d'élaborer des modèles de traitement qui ne ciblent pas seulement les maladies mais aussi les aspects psychologiques, sociaux et comportementaux de ces maladies, car ils peuvent aussi influencer l'évolution de la maladie et le bien-être.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Penn State University. Tous droits réservés.