Les médicaments antipsychotiques (ou neuroleptiques) de première génération peuvent augmenter le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) et ce, de façon deux fois plus importante chez les personnes atteintes de démence, selon une récente recherche publiée dans le British Medical Journal (BMJ).

De recherches précédentes avaient montré que les antipsychotiques de deuxième génération (aussi appelés antipsychotiques atipyques) pouvaient augmenter le risque d'attaque cérébrale.

Dr Ian Douglas et ses collègues ont étudié les données concernant plus de six millions de patients britanniques.

6790 cas d'attaques cérébrales sont survenus entre 1988 et 2002 chez des personnes ayant eu au moins une ordonnance d'antipsychotique. Le risque d'AVC était 1,7 fois plus élevé comparativement à ceux qui n'en avaient pas eu, tandis qu'il était 3.5 fois plus élevé chez les personnes souffrant de démence quelque soit l'antipsychotique utilisé.

Tous les types de médicaments antipsychotiques comportent un risque accru et ce risque pourrait être un peu plus élevé pour les antipsychotiques de seconde génération, estiment les chercheurs.

Pour les personnes souffrant de démence, le risque associé aux antipsychotiques l'emporte sur les bénéfices potentiels et il faut, autant que possible, éviter de leur en prescrire, affirment-ils.

PsychoMédia avec source:
Medical news Today