Voyez également : 7 antidépresseurs à éviter en raison des effets secondaires selon la revue Prescrire (2016)

2008 - Aucun antidépresseur parmi ceux de deuxième génération qui sont actuellement prescrits n'est plus efficace que les autres selon une analyse de plus de 200 essais cliniques sur laquelle s'est basé l'American College of Physicians (ACP) pour l'élaboration de lignes directrices (2008) publiées dans les Annals of Internal Medicine.
Ces antidépresseurs diffèrent cependant en ce qui concerne leurs effets secondaires et leur coût.

Les antidépresseurs étudiés incluaient la fluoxétine (Prozac), la sertraline (Zoloft), la paroxétine (Deroxat, Paxil), le pupropion (Wellbutrin), le citolapram (Celexa, Séropram), l'escitolapram (Lexapro, Seroplex, Cipralex), la duloxétine (Cymbalta), la fluvoxamine (Luvox), la mirtazapine (Remeron), le trazodone (Desyrel), le néfazodone (Serzone), la venlafaxine (Effexor).

« Les données disponibles ne montrent aucune différence clinique dans l'efficacité de ces antidépresseurs de deuxième génération », dit Amir Qaseem, auteur principal de ces directives.

Les effets secondaires les plus courants de chaque antidépresseur varient cependant ainsi que le coût de ces médicaments.

La venlafaxine (Effexor) semble plus susceptible de causer des nausées que plusieurs autres, par exemple, alors que la paroxétine (Deroxat, Paxil) et la mirtazapine (Remeron) ont plus tendance à causer un gain de poids que les autres. La sertraline (Zoloft) a tendance à causer des diarrhées. La somnolence est plus fréquente avec le trazodone (Desyrel).

Le bupropion (Wellbutrin) est moins susceptible de causer des effets secondaires sexuels que la fluoxétine (Prozac) et la sertraline (Zoloft), alors que la paroxétine (Deroxat, Paxil) est très susceptible d'en causer.

Les médecins devraient renoncer à essayer de prédire quel antidépresseur sera le plus suceptible de bien fonctionner pour un patient donné et devraient plutôt se centrer sur les effets secondaires que les patients sont capables ou volontaires de tolérer et ce que leur budget leur permet, disent les directives.

Ces directives recommandent également :

- Que le traitement soit modifié s'il n'y a pas d'amélioration à l'intérieur de 6 à 8 semaines. Que les patients soient suivis régulièrement à partir d’une ou deux semaines après le début du traitement. Une attention doit être portée aux idées et tentatives suicidaires dont le risque est plus élevé dans les premiers mois.

- De poursuivre le traitement pour les personnes qui connaissent un premier épisode de dépression pour une durée de 5 à 9 mois après qu'ils aient obtenu des résultats. Les personnes qui ont eu deux ou trois épisodes de dépression peuvent avoir besoin de poursuivre le traitement plus longtemps.

Les antidépresseurs ont très peu d'efficacité pour les dépressions légères et modérées

Qu'est-ce que le « syndrome de discontinuation des antidépresseurs » ? (DSM-5)

Pour plus d'informations sur les antidépresseurs et la dépression, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : Medpage Today.
Tous droits réservés