Enquête sur les symptômes de ménopause: leur sévérité, fréquence et évolution

Voyez également: Perdre du poids à la ménopause

Les perturbations du sommeil sont le symptôme de ménopause le plus fréquent, le plus sévère et le plus persistant selon une recherche publiée dans le Journal of Clinical Nursing. Les sueurs nocturnes viennent au deuxième rang pour ce qui est de la sévérité.

Dr Judith A Berg et ses collègues ont réalisé cette étude auprès de 110 femmes américaines, d'une moyenne d'âge de 49 ans qui entraient dans la ménopause, c'est-à-dire dont les règles étaient en changement, survenant à des intervalles plus courts ou plus longs et étant plus légères ou plus abondantes.
Les femmes rapportaient en moyenne 7 des 10 symptômes de ménopause les plus fréquents. Leur sévérité était évaluée sur une échelle de 0 à 4.

Les difficultés de sommeil étaient considérées comme le symptôme le plus sévère (moyenne de 2.9) par les participantes, suivies par les sueurs nocturnes (2.58), l'irritabilité (2.56), les problèmes de mémoire (2.42), les bouffées de chaleur (2.41), les sautes d'humeur (2.12), les sueurs diurnes (1.88), la dépression (1.73), la sécheresse vaginale (1.45) et les saignements irréguliers (0.82).

En ce qui concerne la fréquence de ces symptômes, 95% rapportaient des difficultés de sommeil, 92% des problèmes de mémoire, 87% de l'irritabilité, 85% des sueurs nocturnes, 91% de bouffées de chaleur, 75% des sautes d'humeur, 71% de la dépression, 66% des sueurs pendant la journée, 55% une sécheresse vaginale et 35% des saignements irréguliers.

Les femmes qui rapportaient des problèmes de suées et de bouffées de chaleur pendant la journée en vivaient en moyenne 6 par jour (passant de 3.5 lorsque les dernières menstruations dataient de 2 mois à 6 lorsque les menstruations dataient de 3 à 11 mois). Les femmes rapportant des suées nocturnes en avaient en moyenne 3 par nuit (passant de 1.9 à 2.67, puis à 3.25 après 12 mois).

Les perturbations du sommeil constituaient une exception notable en demeurant constantes indépendamment du temps écoulé depuis la dernière menstruation.

Les résultats semblent indiquer que les problèmes de sommeil sont relativement indépendants des sueurs nocturnes et des bouffées de chaleur, demeurant constants à travers le temps malgré les changements de fréquence des sueurs et des bouffées de chaleur.

Voyez également:

Perdre du poids à la ménopause
Les bouffées de chaleur seraient souvent toujours présentes 10 ans plus tard
Ménopause: efficacité des compléments, produits naturels et médicaments
DOSSIER : Ménopause (symptômes, traitement, alimentation, compléments, ...)

PsychoMédia avec source: Eurekalert

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

bouffées de chaleur

Si nous les femmes ménopausées avons des troubles du sommeil c'est que nous sommes réveillées constamment par des bouffées de chaleur, même lorsqu'elles sont légères, elles se traduisent par une phase préalable qui entraîne une hypersensibilité de la peau, comme un énervement général, et cette sensation qui peut aller jusqu'à une souffrance importante suffit à réveiller la dormeuse. C'est incroyable ce qu'on peut lire comme idioties à ce sujet ! On parle d'inconvénients, de troubles... personne ne pose cela en terme de souffrance. En fait je préfère avoir mal quelque part, je prends un comprimé et je suis soulagée, mais contre les symptômes de la ménopause rien n'y fait, seul de THS est efficace (j'ai essayé toutes les poudres de perlimpimpin qui existent, qui sont onéreuses et parfaitement inefficaces). A quand une vrai recherche sur le sujet ?