Rorschach et autres tests projectifs : peu ou pas de validité et de fiabilité

La publication par le site Wikipédia de la série de 10 taches d'encre du test de Rorschach et de leurs interprétations les plus courantes crée une vive polémique, rapporte le New York Times.

Le Rorschach est un test dit projectif dans lequel la personne testée doit interpréter des formes ambiguës. Alors qu'il fait l'objet de vives critiques et devrait appartenir à l'histoire, il demeure utilisé par certains psychologues d'approche psychanalytique (ou dynamique/analytique) pour diagnostiquer les troubles mentaux et la personnalité (1).
Sur Wikipédia, des psychologues se sont enregistrés pour protester contre la publication en argumentant que la connaissance par le public des interprétations les plus courantes des taches diminue la validité de l'instrument en biaisant les réponses des personnes testées.

"Mais le test de Rorschach lui-même n'est pas particulièrement efficace en premier lieu", indiquent Scott O. Lilienfeld et ses collègues dans le numéro d'avril 2005 du Scientific American Mind en rapportant une analyse publiée dans la revue Psychological Science in the Public Interest.

Les auteurs ont analysé l'ensemble des études publiées jusqu'en 2000 sur la fiabilité et la validité du Rorschach, du Thématic Apperception Test (TAT) et de tests où il est demandé à la personne testée de dessiner, le résultat étant interprété par l'évaluateur.

La fiabilité d'un test désigne sa capacité de mener à des résultats similaires d'un évaluateur à l'autre. La validité désigne sa capacité de mesurer ce qu'il vise à mesurer, c'est-à-dire de mener à des résultats consistants avec les autres instruments valides ou permettant de prédire le comportement.

Montrer une fiabilité et une validité pour ces tests est d'autant plus important, commentent les chercheurs, qu'ils sont souvent utilisés pour diagnostiquer la maladie mentale, pour prédire la violence, pour évaluer les capacités parentales et pour discerner si des enfants ont été abusés sexuellement.

Les trois types de tests analysés ne rencontrent que très peu, voire pas du tout dans le cas de plusieurs utilisations concernant différents troubles, les critères de fiabilité et de validité, concluent les auteurs.

"En se basant sur nos résultats, écrivent-ils, nous incitons fortement les psychologues à réduire leur utilisation des techniques projectives et, lorsqu'ils choisissent de les utiliser, de se limiter à coder et interpréter le petit nombre de variables qui ont été révélés valables."

Voyez également:

TESTS PSYCHOLOGIQUES gratuits en ligne sur Psychomédia
La psychanalyse française rue dans les brancards
Comprendre le conflit psychanalyse - psychologie scientifique

Psychomédia avec sources:
New York Times: A Rorschach Cheat Sheet on Wikipedia?
Scientific American: What's Wrong with This Picture?
Wikipedia: Test de Rorschach


(1) Le psychologue code les réactions de la personne testée selon plus de 100 caractéristiques. Il enregistre, par exemples, si elle regarde les taches dans leur ensemble ou se concentre sur des parties seulement, si les images détectées sont inhabituelles ou typiques et quels aspects (tels que les formes ou les couleurs) déterminent la réponse. Il compile ensuite les résultats dans un profil psychologique de la personne. Dans le processus interprétatif, il peut conclure que de se centrer sur des détails mineurs, plutôt que sur l'image entière signale une tendance obsessive et que de voir des choses dans les espaces blancs, plutôt que dans les espaces colorés, révèle un esprit négatif et contradicteur. (Scientific American)