La capacité d'émotions est nécessaire au jugement moral

Une recherche auprès de gens ayant des dommages dans une région spécifique du cerveau montre le rôle des émotions dans le processus de porter un jugement moral.

Les patients dont une partie spécifique du cerveau est endommagée, le cortex préfrontal ventromédian, ont généralement moins de réactions émotionnelles à dimension sociale (compassion, honte, culpabilité), sans que leur intelligence et leur logique soient affectées.
Leur jugement moral est toutefois affecté. C'est ce que montre une recherche menée par Antonio Damasio, Ralph Adolphs et d'autres spécialistes des neurosciences publiée dans la revue scientifique Nature.

Les chercheurs ont placé 30 personnes, dont 6 ayant ces lésions cérébrales, face à des choix moralement difficiles, impliquant de sacrifier une personne pour en sauver d'autres. Par exemple: dans votre laboratoire ont été mises au point deux substances : un liquide toxique et un vaccin contre un dangereux virus mortel qui se propage. La seule façon d'identifier le vaccin est de tester ces substances sur deux patients. Seriez-vous prêt à tuer l'un d'eux pour sauver beaucoup d'autres vies?

Confrontés à ce type de dilemme, les participants ayant le cortex préfrontal ventromédian lésé ont beaucoup plus fréquemment répondu "oui", sans hésitation, que les autres volontaires (12 ayant d'autres lésions cérébrales, 12 sans lésions neurologiques). Leurs choix logiques en faveur du plus grand bien sont qualifiés "d'utilitaires", par les chercheurs.

Dans de telles circonstances, la plupart des gens n'ayant pas cette lésion cérébrale spécifique seraient en proie à un conflit intérieur. Mais ces sujets particuliers semblent ne pas l'éprouver", explique Damasio.

Normalement, un sentiment d'aversion, mélange de rejet de l'acte, d'émotions à dimension sociale, de compassion pour la personne concernée, empêche un homme de faire du mal à un autre, explique-t-il.

Selon Joshua Greene, un psychologue de Harvard non impliqué dans cette recherche, "ces résultats confirment de façon assez convainquante qu'il y a au moins deux systèmes impliqués quand nous portons des jugements moraux. Il y a le système émotionnel qui dépend de cette partie spécifique du cerveau, et il y a un autre système qui effectue des analyses plus utilitaires sur les coûts et bénéfices qui, chez ces gens, est resté intact."

Lors de choix impliquant d'autres classes de jugements moraux (comme garder ou non l'argent d'un portefeuille trouvé par terre), peu de différences de réactions ont été observées entre les trois groupes de participants.

Les chercheurs spécifient que la recherche impliquait peu de participants et que les choix moraux étaient hypothétiques. Les résultats ne peuvent prédire comment les gens, avec ou sans ces rares dommages cérébraux se comporteraient dans des situations de la vie réelle.

Voyez également:

Nouveau consensus sur les origines et les mécanismes de la morale

Psychomédia avec sources: TV5, New York Times