La générosité est automatique chez les personnes prosociales (vs individualistes)

La générosité ou le désir d'équité semble naturel et automatique chez les personnes prosociales, selon une étude publiée dans la revue Nature Neuroscience.

Des neuropsychologues ont défini les personnes prosociales comme étant celles qui préfèrent partager à parts égales et les individualistes comme celles qui sont d'abord préoccupées à maximiser leurs propres profits.
Selon une théorie, la différence entre ces deux groupes est que les personnes prosociales répriment leurs tendances égoïstes à l'aide du cortex préfrontal. Mais Masahiko Haruno de l'Université Tamagawa (Tokyo, Japon) s'est demandé si certaines personnes n'avaient pas plutôt une aversion automatique pour l'inégalité.

Haruno et Christopher Frith de l'Université College London ont utilisé l'imagerie cérébrale fonctionnelle (par résonance magnétique) pour analyser l'activité du cerveau chez 25 personnes prosociales et 14 personnes individualistes (selon un test de comportement standard) alors qu'elles évaluaient leurs préférences pour une série de distributions d'argent entre elles-mêmes et une autre personne hypothétique. Comme prévu, le groupe prosocial préférait le partage égal alors que le groupe individualiste favorisait les distributions où il obtenait le plus d'argent.

La seule région du cerveau dont l'activité différait entre les deux groupes était l'amygdale. Quand les personnes prosociales se faisaient présenter une distribution injuste, l'activité augmentait dans l'amygdale, ce qui n'était pas le cas chez les individualistes. Plus elles n'aimaient pas la répartition, plus importante était l'activité observée.

"L'amygdale a tendance à réagir automatiquement, sans pensée ou même sans prise de conscience", dit Frith. Combiné avec le fait qu'il n'y avait pas de différence dans l'activité du cortex préfrontal, responsable de réprimer les désirs ou les impulsions, cela suggère que la théorie de la suppression des désirs égoïstes ne serait pas confirmée.

Pour mieux tester si l'aversion prosociale de l'injustice était automatique, les chercheurs ont répété l'expérience en donnant aux participants une tâche de mémorisation à accomplir en même temps qu'ils évaluaient les répartitions d'argent. L'amygdale s'activait toujours en réponse à une répartition injuste chez les personnes prosociales même quand les parties du cerveau responsables des processus délibérés étaient occupées aux autres tâches, suggérant qu'ils ne supprimaient pas des désirs égoïstes.

Carolyn Declerck, neuroéconomiste de l'Université d'Antwerp (Belgique), indique que ces résultats cadrent avec ceux de ses propres recherches, pas encore publiés, qui montrent que les personnes prosociales semblent être guidées par un sens automatique de la morale. "Jusqu'à présent, toutes nos expériences comportementales et d'imagerie cérébrale confirment qu'elles sont motivées intrinsèquement à coopérer", dit-elle.

Voyez également:


Psychomédia avec source: New Scientist
Tous droits réservés.