Le perfectionnisme nuit aux professeurs de psychologie

Le perfectionnisme peut limiter la productivité en recherche des professeurs de psychologie, selon une étude publiée dans Canadian Journal of Behavioural Science.

Simon Sherry de l'Université Dalhousie et ses collègues ont évalué 1258 professeurs de psychologie, travaillant dans des universités à travers les États-Unis, sur un continuum de traits de perfectionnisme et mis ces données en corrélation avec leur productivité en recherche.

Le perfectionnisme s'est avéré être en corrélation avec le nombre total de publications, le nombre de publications comme premier auteur, le nombre de citations, et l'indice d'impact de la revue de publication.
Si le perfectionnisme favorise ou nuit au succès est une question controversée dans la littérature scientifique qui comporte plusieurs milliers d'articles sur le sujet.

Les professeurs de psychologie ont une profession qui est complexe et comporte plusieurs facettes, soulignent les auteurs. Ils doivent être flexibles et stratégiques, les qualités mêmes que le perfectionnisme peut inhiber. Il importe de distinguer entre être consciencieux et être perfectionniste. Être consciencieux consiste à avoir de l'auto-discipline, une orientation vers un but et être centré sur les résultats. Alors que le perfectionnisme est un acharnement rigide pour atteindre des objectifs irréalistes.

Il faut identifier quand il est adaptatif de poursuivre des objectifs extrêmement élevés et quand il est acceptable d'être juste assez bon, explique le chercheur. "Le perfectionnisme est excessif - la personne a un besoin compulsif d'être parfaite, mais en réalité cela se traduit rarement par des performances élevées."

Les perfectionnistes ont besoin d'approbation et ils craignent l'évaluation, de sorte que les critiques suscitent de fortes réactions.

Si un professeur qui est perfectionniste reçoit une évaluation critique d'un article ou ne réussit pas à obtenir une subvention, il peut perdre une semaine (ou plus) de temps productif à se faire des reproches et s'en remettre. Cela conduit à plus d'immobilisme dans un contexte de grande pression.

La littérature académique a établi que les gens très perfectionnistes vivent plus de stress, de problèmes de santé générale, de santé mentale et des événements de vie négatifs.

Voyez également:

Êtes-vous perfectionniste?
Le perfectionnisme nuit à la santé mentale. Types de perfectionnisme
Perfectionnisme et autocritique disposent à la dépression
Test d'auto-évaluation du trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive

Psychomédia avec source:
Dalhousy University
Tous droits réservés