L'obésité chez les femmes liée à l'impulsivité dans des décisions financières

Les femmes qui sont obèses manifesteraient un moins bon contrôle des impulsions que celles qui ont un poids santé, selon une récente recherche publiée dans la revue scientifique Appetite.

Les chercheurs de l'Université de l'Alabama à Birmingham ont évalué les habiletés de prises de décision chez 95 hommes et des femmes obèses et de poids normal.
Ils ont plus spécifiquement évalué le contrôle de l'impulsivité, défini dans ce contexte comme la capacité de retarder une gratification immédiate afin de retirer de plus grands bénéfices plus tard.

Les participants devaient choisir de recevoir certains montants d'argent hypothétiques immédiatement ou des montants hypothétiques plus élevés dans une semaine, un mois, six mois, une année et cinq ou dix ans.

Les femmes obèses rejetaient les montants plus élevés dans l'avenir 3 à 4 fois plus que les femmes de poids normal. Ce qui ne s'observait pas chez les hommes.

Le lien entre obésité et impulsivité était présent même en tenant compte des différences de quotient intellectuel (QI) et de revenu qui sont aussi des variables liées à l'impulsivité. L'impulsivité telle que définie et mesurée dans cette recherche a été associée dans des recherches précédentes aux addictions.

Des études précédentes ont aussi montré qu'un trait de personnalité, qui a été appelé "désinhibition liée à la nourriture" et qui est la tendance à trop manger en réponse à certaines situations telles que la vue d'une variété de desserts, se retrouvait de façon moins importante chez les hommes. Les personnes qui ont des scores élevés de désinhibition ont un plus grand excès de poids; il leur est plus difficile de maigrir et de maintenir leur perte de poids.

Voyez également:

Mode de pensée lié à l'addiction
L'obésité liée à une moins grande activation des centres du plaisir du cerveau
Maigrir sans régime: 10 stratégies appuyées par les recherches
DOSSIER: Maigrir