Plus de poids, plus de dépression? Plus de dépression, plus de poids?

L'obésité semble associée à un risque de dépression, et la dépression apparaît également associée à un risque accru d'obésité, selon une analyse publiée dans les Archives of General Psychiatry.

Floriana S. Luppino de l'Université Leiden (Pays-Bas) et ses collègues ont analysé les résultats de 15 études impliquant 58,745 participants.
"Nous avons constaté des associations bidirectionnelles entre la dépression et l'obésité: les personnes obèses ont un risque accru de 55% de développer une dépression avec le temps, alors que les personnes déprimées ont un risque accru de 58% de devenir obèses", écrivent les auteurs.

Des sous-analyses montrent que l'association entre obésité et dépression ultérieure était plus prononcée chez les Américains et que chez les Européens. Elle est aussi lus importante en cas de diagnostic de dépression que de symptômes dépressifs qui ne rencontrent pas les critères diagnostiques.

Plusieurs hypothèses explicatives ont été proposées. L'obésité peut être considérée comme un état inflammatoire, et l'inflammation est associée au risque de dépression. Parce que la minceur est considérée comme un idéal de beauté, être en surpoids ou obèse peut contribuer à une insatisfaction corporelle et une faible estime de soi qui peuvent mettre à risque de dépression. Inversement, la dépression peut augmenter le poids par le biais d'une interférence avec le système endocrinien ou des effets secondaires des médicaments antidépresseurs.

Voyez également:

DOSSIER : Dépression
DOSSIER : Maigrir sainement (facteurs et stratégies)

Psychomédia avec source: Science Daily
Tous droits réservés