Le stress post-traumatique pourrait être détecté par magnétoencéphalographie (MEG)

Une technique d'imagerie cérébrale, appelée magnétoencéphalographie (ou MEG), pourrait fournir un premier test biologique pour aider au diagnostic et au traitement du stress post-traumatique (SPT), selon une étude publiée dans le Journal of Neural Engineering.

Avec cette technique, Apostolos Georgopoulos de l'Université du Minnesota et ses collègues ont identifié correctement 97% des personnes à qui des psychologues avaient donné un diagnostic de stress post-traumatique.
La magnétoencéphalographie offre un aperçu unique des communications entre les neurones (cellules nerveuses), explique le chercheur. L'instrument mesure le champ magnétique créé par un courant qui passe entre les régions du cerveau. Dans des études de MEG, il y a environ 2 ans, Georgopoulos avait constaté que, alors que les personnes en santé partagent des patterns similaires de communications neurales, les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et de schizophrénie avaient des patterns distincts, spécifiques à la maladie.

Les chercheurs ont mené la présente étude avec 74 personnes ayant reçu un diagnostic de stress post-traumatique et 250 personnes qui rapportaient n'avoir aucun problème de santé mentale.

Pendant une minute, alors que les participants avaient l'esprit au repos, l'instrument prenait une image de l'activité électrique du cerveau à toutes les millisecondes. Comparativement, l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (MRIf) prend des mesures toutes les 3 secondes.

Pour 72 des 74 participants ayant précédemment reçu un diagnostic de SPT, les scans ont détecté un pattern de communications neurales commun et différent des participants en santé. 31 des personnes en santé présentaient cependant le pattern des participants ayant reçu le diagnostic de SPT.

Psychomédia avec sources:
Scientific American
CNN


Voyez également:

La morphine réduit le risque de développer un stress post-traumatique
Les bêta-bloquants éliminent les émotions associées aux souvenirs traumatisants
Les interventions psychologiques inefficaces pour la prévention du stress post- traumatique
Les traumatismes dans l'enfance modifient un gène lié à la réponse au stress