Ce test, l'Échelle de pure procrastination, publié en 2010 par le psychologue Piers Steel (1), mesure la tendance à la procrastination.

Il est souvent judicieux de retarder une prise de décision ou la réalisation d'une tâche afin de se laisser le temps d'avoir de meilleures idées, de recueillir plus d'informations ou de refaire son énergie.

Mais la procrastination consiste à retarder l'accomplissement d'une tâche de façon irrationnelle malgré des conséquences négatives potentielles dans un futur plus ou moins rapproché.

Elle nuit souvent à la performance et au bien-être et peut avoir des conséquences négatives dans plusieurs domaines dont les relations interpersonnelles, les finances et la santé.

Alors que presque tout le monde procrastine à l'occasion, des études suggèrent que 15 à 20% de la population procrastineraient de façon chronique et problématique.

Voyez, au moyen de ce test de 12 questions, comment vous vous situez:

FAITES LE TEST (Gratuit, sans inscription)

(1) Pure Procrastination Scale : Piers Steel (2010), Personality and Individual Differences. Traduction non validée de Psychomédia.

Psychomédia
Tous droits réservés