Des chercheurs rapportent, dans la revue Nature neuroscience, avoir réussi à induire des rêves lucides chez des volontaires. Ces résultats représentent notamment un potentiel pour le traitement des hallucinations.

La plupart des rêves se produisent pendant le sommeil paradoxal. Au cours de cette phase, la personne n'est généralement pas consciente de rêver et prend son rêve pour la réalité. Certaines parties du cortex préfrontal liées à la conscience et les fonctions cognitives supérieures sont inactives.

Mais certaines personnes ont des rêves lucides dans lesquels elles sont conscientes de rêver et sont capables de modifier le déroulement de leurs rêves. Des études ont montré que, différemment de ce qui se passe normalement dans le sommeil paradoxal, des parties du cortex préfrontal sont alors actives.

Les psychologues allemands Ursula Voss et Michael Nitsche de l'Université Goethe (Francfort) ont été capables d'induire des rêves lucides chez 27 dormeurs en appliquant, après 2 ou 3 minutes de sommeil paradoxal, une faible stimulation électrique sur leur cuir chevelu au moyen de la stimulation magnétique transcrânienne. Ils ont testé, pendant 5 nuits, différentes intensités de courant dirigé vers certaines régions cérébrales et une stimulation simulée en guise de placebo.

Après chaque nuit, les participants remplissaient immédiatement un rapport de rêves qui incluait un questionnaire sur le niveau de conscience de soi.

Seules des stimulations dont la fréquence variait entre 25 et 40 Hz (correspondant aux fréquences appelées gamma) induisaient une activité supplémentaire de cette fréquence dans les lobes frontal et temporal. Cette activité était en corrélation avec les rêves lucides rapportés par les dormeurs.

"Je n'avais pas beaucoup d'espoir que cette expérience fonctionne effectivement", dit Ursula Voss. "Pour nous, il est surprenant de pouvoir réellement forcer le cerveau à prendre un nouveau rythme, qu'il s'adapte vraiment et que les neurones commencent à émettre des impulsions électriques à une nouvelle fréquence simplement avec cette stimulation légère."

Une application potentielle de ce type de stimulation est le traitement de personnes souffrant de délires et d'hallucinations. Leur niveau de conscience pourrait être relativement similaire à celui de personnes en bonne santé lors de rêves qui semblent être la réalité, explique Michael Nitsche. "Induire ce qui est appelé un second mode de conscience où l'on est conscient de soi et capable de pensée abstraite, pourrait être utile pour ceux qui souffrent d'états de réalité altérée", dit-il.

Les chercheurs prévoient étudier les effets de ces stimulations chez des personnes éveillées.

Des spécialistes interrogés par la revue The Scientist mettent toutefois en garde que les effets à long terme de stimulations électriques, même aussi faibles, ne sont pas encore connus.

Psychomédia avec sources: The Scientist.
Tous droits réservés