Les enfants les plus jeunes d'une classe ont un risque beaucoup plus élevé de recevoir un diagnostic de trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), confirme une étude de l'Université Harvard, publiée en novembre dans le New England Journal of Medicine.

Les chercheurs ont analysé une base de données d'assurance portant sur 407 000 enfants nés entre 2007 et 2009 qui ont été suivis jusqu'à la fin 2015. Ils ont comparé les taux de diagnostics de TDAH selon le mois de naissance.

Les enfants nés en août dans les États où le 1er septembre est la date à partir de laquelle les enfants sont enrôlés dans le système scolaire l'année suivante avaient une probabilité accrue de 30 % de recevoir un tel diagnostic comparativement à ceux nés en septembre.

En 2016, plus de 5 % des enfants américains prenaient des médicaments pour traiter cette condition.

« Ces résultats suggèrent la possibilité qu'un grand nombre d'enfants sont surdiagnostiqués et surtraités pour le TDAH parce qu'ils sont relativement immatures par rapport à leurs camarades de classe plus âgés dans les premières années d'école élémentaire », conclut Timothy Layton, principal auteur.

Par exemple, « ce qui peut être un comportement normal chez un enfant de 6 ans turbulent pourrait sembler relativement anormal par rapport au comportement de ses pairs plus âgés dans la même classe ».

« En vieillissant, les petites différences d'âge se dissipent et s'égalisent, mais sur le plan comportemental, la différence entre un enfant de 6 ans et un enfant de 7 ans peut être très prononcée », souligne Anupam Jena, l'auteur sénior de l'étude.

L'âge d'un enfant par rapport à ses pairs de la même classe doit être pris en considération et les raisons de l'orientation pour une évaluation doivent être examinées avec soin avant de poser un diagnostic, concluent les chercheurs.

Ces résultats confirment ceux d'études précédentes.

Pour plus d'informations sur le TDAH, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Harvard medical School, New England Journal of Medicine.
Tous droits réservés.