Partout dans le monde, les gens associent les couleurs à des émotions. On « voit rouge », on « a les bleus » ou on « devient vert de jalousie ».

Ces associations sont-elles universelles, ou sont-elles des créations culturelles apprises par le biais des langues et des traditions ? Pour répondre à ces questions, des chercheurs ont testé les associations émotionnelles avec les couleurs chez 4 598 participants de 30 nations parlant 22 langues maternelles.

Domicele Jonauskaite et Christine Mohr de l'Institut de Psychologie de l'Université de Lausanne ont, avec de nombreux collègues internationaux, demandé aux participants d'indiquer leurs associations entre 20 émotions et 12 couleurs et de spécifier l'intensité de leur association. Les moyennes de chaque pays étaient calculées et comparées.

L'étude, dont les résultats ont été publiés en septembre 2020 dans la revue Psychological Science, montre que les gens de différentes parties du monde associent souvent les mêmes couleurs aux mêmes émotions.
« Les associations couleur-émotion sont étonnamment similaires dans le monde entier. Les résultats révèlent un consensus global significatif », rapporte Daniel Oberfeld-Twistel, coauteur.

« Par exemple, dans le monde entier, la couleur rouge est la seule couleur qui soit fortement associée à la fois à un sentiment positif, l'amour, et à un sentiment négatif, la colère. » Le brun, en revanche, est la couleur qui déclenche le moins d'émotions à travers le monde.

Mais, les chercheurs ont également relevé certaines particularités nationales. Par exemple, le blanc est beaucoup plus étroitement associé à la tristesse en Chine que dans d'autres pays, et il en va de même pour le violet en Grèce. « Ce qui peut s'expliquer par le fait qu'en Chine, les vêtements blancs sont portés lors des funérailles et le violet foncé est utilisé dans l'Église orthodoxe grecque pendant les périodes de deuil ».

Le climat peut également jouer un rôle. Selon les conclusions d'une autre étude de l'équipe, le jaune tend à être plus étroitement associé à l'émotion de joie dans les pays qui voient moins de soleil, alors que l'association est plus faible dans les régions qui y sont plus exposées.

« Il est difficile de déterminer exactement quelles sont les causes des similarités et des différences mondiales », explique Daniel Oberfeld-Twistel. « Il existe toute une série de facteurs d'influence possibles. De nombreuses questions sur les mécanismes des associations couleur-émotion doivent encore être clarifiées ».

« Cependant, grâce à une analyse approfondie qui a inclus l'utilisation d'une approche d'apprentissage automatique développée par Oberfeld-Twistel, un programme informatique qui s'améliore au fur et à mesure que la base de données s'agrandit, les chercheurs ont déjà découvert que les différences sont moins grandes entre les nations qui sont proches linguistiquement ou géographiquement », ce qui témoigne d'une influence culturelle.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Johannes Gutenberg University Mainz, Psychological Science, .
Tous droits réservés