Chez les personnes faisant de l'hypertension, l'utilisation de médicaments antihypertenseurs vise à réduire la mortalité et les complications cardiovasculaires", rappelle la revue Prescrire. Or, il n'est pas prouvé que ces médicaments atteignent cet objectif dans le cas de l'hypertension légère, indique-t-elle.

"Un traitement antihypertenseur est justifié quand la pression artérielle est supérieure ou égale à 160/95 mm Hg, même en l'absence de risque cardiovasculaire particulier, car alors certains médicaments diminuent l'incidence des complications cardiovasculaires", précise la revue.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a défini l'hypertension artérielle légère comme se situant entre 140/90 mm Hget 160/100 mm Hg, en raison d'un risque cardiovasculaire un peu plus élevé qu'avec une pression plus basse.

Une analyse de 4 essais cliniques évaluant le traitement par antihypertenseur de personnes atteintes d'hypertension légère a concerné près de 9 000 personnes, majoritairement âgés de moins de 50 ans. "Après 4 à 5 ans de suivi, la mortalité totale était similaire, avec ou sans antihypertenseur. Aucune différence n'est apparue entre les deux groupes en termes de fréquence de maladie coronarienne ou d'accident vasculaire cérébral."

"En 2013, chez les patients dont la pression artérielle systolique dépasse 140/90 mm Hg mais sans atteindre 160/95 mm Hg, sans autre facteur de risque d'accident cardiovasculaire, il n'est pas démontré que la balance bénéfices- risques d'un traitement antihypertenseur médicamenteux soit favorable", conclut la revue.

Mieux vaut proposer des mesures non médicamenteuses de réduction du risque cardiovasculaire, notamment :

  • pratiquer une activité physique régulière;
  • réduire la consommation de sel;
  • perdre du poids;
  • réduire une consommation excessive d'alcool.

Rappelons que plusieurs aliments peuvent contribuer à réduire l'hypertension.

Illustration : (Rev Med Suisse)

Psychomédia avec source: Revue Prescrire : Hypertension artérielle légère : pas de bénéfice prouvé des antihypertenseurs.
Tous droits réservés