Le syndrome des jambes sans repos chez les enfants

Le syndrome des jambes sans repos, aussi appelé impatiences dans les jambes, est un problème relativement fréquent chez les enfants selon une étude publiée dans la revue Pediatrics.

Près de 2% des enfants de 8 à 17 ans en seraient affectés et une proportion significative d'entre eux ressentiraient des symptômes modérés à sévères incluant des perturbations du sommeil et des problèmes d'humeur.
Le syndrome des jambes sans repos est un trouble neurologique du sommeil caractérisé par des sensations dans les jambes qui créent un besoin de bouger. Les symptômes sont habituellement plus importants le soir et durant le repos.

Daniel Picchietti de l'Université de l'Illinois, et ses collègues ont recueilli des données détaillées auprès de 10.523 familles américaines et britanniques.

L'étude confirme une forte composante génétique au syndrome qui avait été montrée dans des recherches précédentes. Chez plus de 70% des enfants ayant le syndrome, au moins un des deux parents l'avait aussi. Dans 16% des cas, les deux parents avaient les symptômes du syndrome.

Alors qu'il y a une conscience croissante de ce trouble en ce qui concerne les adultes, il est moins reconnu chez les enfants. Les plaintes des enfants concernant des sensations inhabituelles dans leurs jambes sont souvent prises pour des douleurs de croissance, explique Picchietti.

Plusieurs adultes souffrant du syndrome rapportent que leurs symptômes ont commencé dans l'enfance.

Le trouble déficit d'attention avec hyperactivité (TDAH) et la dépression semblent plus fréquents chez les enfants qui sont atteints du syndrome. La perturbation du sommeil, en elle-même, qui est connue pour aggraver le TDAH et la dépression peut expliquer cette association, explique Picchietti. Mais il peut aussi y avoir d'autres explications.

Davantage de recherches sont nécessaires pour vérifier quels enfants bénéficieraient de traitements et ce que devraient être ces traitements.

Voyez également:

Syndrome des jambes sans repos, des facteurs génétiques identifiés
Un bas niveau de fer peut contribuer au déficit d'attention/hyperactivité
DOSSIER : Sommeil

PsychoMédia avec source: Eurekalert