Bière et vin contre l'ostéoporose: deux études aux résultats différents

Deux études britanniques d'envergure ont porté sur les effets de la consommation d'alcool sur la densité minérale osseuse, un indicateur important du risque d'ostéoporose. L'une d'elle a constaté que la bière mais pas le vin était liée à une plus grande densité osseuse et l'autre a constaté l'inverse.

Une première étude, publiée dans la revue Nutrition, a été menée par Jonathan Powell de l'Université Cambridge et ses collègues avec 1700 femmes en santé, âgées en moyenne de 48 ans.

Les femmes qui consommaient régulièrement de la bière avaient des os plus denses alors que ce bénéfice n'était pas présent avec le vin. Celles qui en consommaient légèrement, soit moins qu'une bière par jour, avaient des os aussi denses que celles qui en consommaient plus, ce qui suggère, estime le chercheur, qu'il n'est pas nécessaire que la consommation soit importante pour favoriser la santé des os.

Cet effet bénéfique est attribué au silicium, un minéral important pour la formation des os. Le silicium de la bière serait plus facilement absorbé par l'organisme que celui contenu dans d'autres aliments tels que les graines, les céréales, les fruits et les légumes. Des études précédentes ont montré un lien entre la quantité de silicium dans l'alimentation et la densité minérale des os, indique le chercheur. L'effet bénéfique de la bière pourrait aussi être lié à l'éthanol présent dans l'alcool et les phytoestrogènes que contient la bière.

Dans la deuxième étude, publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition, des chercheurs des universités de East Anglia et King's College London ont étudié la relation entre l'alimentation et la densité des os chez plus de 1000 paires de jumelles ayant atteint la ménopause.

Une consommation modérée de vin était liée à une meilleure densité osseuse alors qu'aucun lien n'était constaté pour la bière et les spiritueux. Les chercheurs font l'hypothèse que l'effet bénéfique du vin pour la santé des os soit dû aux polyphénols qu'il contient.

Le régime alimentaire britannique traditionnel du 20e siècle, qui inclut les fish and chips, les fèves cuites au four et les tartes à la viande, était lié à une plus faible densité osseuse. Une alimentation riche en fruits et légumes n'avait pas d'impact.

Des petites études avaient déjà suggéré qu'une consommation modérée d'alcool pouvait avoir un effet protecteur pour les os et qu'une consommation importante était plutôt un facteur d'affaiblissement des os, indiquent les chercheurs.

Voyez également:

Psychomédia avec sources: Express.co.uk, Daily Mail. Tous droits réservés.