L'aspirine réduit le risque de cancer colorectal chez des personnes à risque élevé

L'aspirine préviendrait le cancer colorectal chez des personnes à risque héréditaire très élevé, selon une étude britannique publiée dans The Lancet.

John Burn de l'Université Newcastle et Patrick Morrison de l'Université Queen de Belfast ont mené cette étude pendant plus de 10 ans avec 861 personnes atteintes du syndrome de Lynch, un syndrome génétique rare qui affecte des gènes responsables de la réparation de l'ADN. Ce syndrome prédispose à un risque élevé de développer un cancer colorectal et d'autres cancers à un jeune âge. La moitié de ces personnes prenait 600 mg d'aspirine par jour et l'autre, un placebo (produit inactif).

L'effet n'était pas clair durant les 5 premières années mais était fortement présent au cours des 5 années suivantes. Environ 15% des personnes qui prenaient l'aspirine ont développé un cancer colorectal comparativement à 30% dans le groupe prenant le placebo.

Il n'y avait pas de différence entre les 2 groupes dans l’incidence de polypes, qui sont des précurseurs du cancer. Les polypes ne devenaient pas cancéreux en raison des effets de l'aspirine, présument les chercheurs.

Ces derniers planifient étudier l'effet de l'utilisation de l'aspirine sur le risque du cancer de l’intestin dans la population générale.

Voyez également:

  • Psychomédia avec sources: Medscape, Los Angeles Times. Tous droits réservés.